François Legault avait en poche des engagements à saveur régionale.

Les cadeaux de la CAQ

À sa troisième escale en Mauricie depuis le début de la campagne électorale, François Legault avait en poche des engagements à saveur régionale. Aux bonnes intentions et aux bonnes nouvelles qu’il a annoncées s’ajoute un autre engagement qui laisse perplexe: la CAQ appuierait l’aménagement d’une nouvelle gare à Trois-Rivières.

Le chef caquiste est débarqué mardi au Nouvelliste pour une entrevue éditoriale au cours de laquelle il a fait un survol des dossiers et des enjeux principaux pour la région. Parmi ceux-ci se trouvait évidemment la nécessité de réitérer l’appui de la CAQ au projet de train à grande fréquence entre Montréal et Québec. Le projet, on le sait, est avant tout celui du fédéral. Et le prochain budget de Bill Morneau pourrait bien donner le coup d’envoi à ce projet après de trop nombreuses études et de trop nombreux reports.

Mais cet appui au projet de TGF cachait autre chose. François Legault a sorti un lapin de son chapeau en annonçant l’appui au projet de nouvelle gare ferroviaire à Trois-Rivières. Un gouvernement de la CAQ serait ouvert à y contribuer financièrement, en partenariat avec le fédéral, et respecterait la volonté du milieu afin de déterminer l’endroit où serait implantée la gare.

Croisons les doigts pour que cette idée de la CAQ ne soit pas un présage à la relocalisation de la gare ailleurs qu’au centre-ville. Il se dégage déjà un large consensus pour que la gare patrimoniale de la rue Champflour reprenne du service advenant le retour d’un train de passagers à Trois-Rivières. L’occasion serait belle pour réaménager les environs immédiats de cette gare.

Sortir une gare du centre-ville est une erreur. Il suffit de descendre à Edmonton ou à Saskatoon pour constater qu’une gare en bordure des autoroutes, au milieu de nulle part, à six ou huit kilomètres du centre, est loin d’être pratique. Et surtout décevante pour les visiteurs qui y descendent.

François Legault a pris soin de mentionner qu’il appartiendrait à la population et aux élus de déterminer l’emplacement adéquat de la «nouvelle gare». Souhaitons que les suggestions locales rappellent à l’ordre le chef de la CAQ si jamais il accède au poste de premier ministre.

Curieusement, François Legault procédait presque du même souffle à une autre annonce, celle-là pour faciliter la décontamination de terrains à Trois-Rivières et à Shawinigan. Et il justifiait cette intervention – un fonds spécial de 10 millions $ – par le fait que le passé industriel de Trois-Rivières a laissé des traces dans le paysage urbain ce qui, selon lui, constitue un obstacle majeur à la revitalisation du centre-ville.

Vouloir nettoyer et réhabiliter des terrains contaminés est une chose. Mais l’argument selon lequel Trois-Rivières s’est développée en délaissant son centre-ville au profit de sa périphérie et qu’il faut décontaminer les terrains dans le cœur urbain ouvre grand la porte à l’utilisation du même argument pour justifier le maintien d’une gare dans le cœur commercial, touristique et historique de la ville.

La grande corvée de décontamination envisagée par François Legault viendrait, selon lui, donner un coup de pouce au développement du centre-ville et des secteurs cicatrisés par l’activité, sur de nombreuses années, d’industries polluantes. Là-dessus, on ne peut qu’être d’accord, puisqu’il s’agit aussi d’un succédané face à la difficulté d’application du principe du pollueur-payeur. Surtout lorsque les terrains sont rachetés par des entreprises qui les abandonnent après avoir récupéré les matériaux ayant une certaine valeur, exactement comme c’est le cas pour Aleris et pour la Belgo.

François Legault a des projets pour la Mauricie et pour le Centre-du-Québec. Le doublement de l’autoroute 55 doit se faire. Un CISSS autonome pour le Centre-du-Québec est une nécessité. La décentralisation d’Investissement Québec s’impose pour donner plus d’outils aux régions.

La grande question est de savoir combien de fois il faudra lui rappeler tous ces engagements si son parti forme le prochain gouvernement.