Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, procédant à une annonce en présence du président-directeur général du CIUSSS MCQ, Martin Beaumont.

Le porteur de bonnes nouvelles

Inaugurations, annonces de toutes sortes, tous les moyens sont bons, pour les représentants du gouvernement libéral à Québec, pour nous faire oublier les mesures d'austérité qui ont caractérisé la première moitié de leur présent mandat. Lundi, c'est le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui était le porteur de bonnes nouvelles. Mais les bonnes nouvelles avaient sans doute un goût amer pour les élus et les intervenants des milieux qui voient, par exemple, leur petit centre hospitalier dépouillé de services.
Première opération marketing au programme du ministre lors de sa visite à Trois-Rivières: inaugurer le centre d'hémodynamie au centre hospitalier affilié universitaire régional. L'accouchement aura été difficile pour ce projet, annoncé en 2012, financé en 2014 et commencé en 2015 après avoir été en suspens pendant dix-huit mois. Les projets d'infrastructures, en santé, ont souvent la vie dure.
Bien sûr que c'est une bonne nouvelle que l'implantation de ce centre d'hémodynamie réalisé au coût de 7,6  millions $. Cela évitera de nombreux transferts vers des centres hospitaliers de Montréal et de Québec pour des interventions spécialisées en cardiologie.
Autre annonce faite lundi: une aide financière de 4,5 millions de dollars en Mauricie et au Centre-du-Québec pour la création de 58 places pour les personnes qui sont en attente de services en hébergement, en réadaptation et en convalescence, de même qu'en santé mentale, et à l'ajout de ressources humaines en centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).
En fait, il ne s'agit pas d'une nouvelle annonce, mais d'un fractionnement du montant de 100 millions $ annoncé en décembre dernier pour désengorger les urgences et à diminuer le temps d'attente dans les hôpitaux. On a aussi précisé que pour les deux régions, l'investissement provenant de l'annonce de 65 millions $ faite en novembre dernier sur l'ajout de ressources en CHSLD allait être de 2,6 millions $, soit 76 personnes de plus dans ce type d'établissements.
Là encore, on devrait applaudir. Si ce n'était pas de l'odeur d'opportunisme électoral qui enveloppe ces annonces. Ou devrait-on dire ces opérations de visibilité du ministre et des députés du coin.
Il aurait certes été intéressant que le ministre profite de son passage dans la région pour rencontrer, par exemple, la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, ou encore le Dr Guillaume Langlois, de la Coop santé de Sainte-Gertrude, qui dénoncent encore le transfert de services spécialisés de l'hôpital Christ-Roi vers Trois-Rivières.
Sous prétexte de vouloir réaliser des économies et de rendre plus efficaces et plus accessibles les services offerts, des hôpitaux comme ceux de Nicolet, de Louiseville ou de Shawinigan se voient privés de services spécialisés mais se voient aussi, parfois, coiffés d'un titre de pôle d'excellence dans une discipline, presque comme un prix de consolation.
Derrière cette réorganisation - disons centralisation pour être plus clair -, on devine les avantages financiers. Mais prend-on vraiment en considération la population qui bénéficie de ces services? Que dit-on aux aînés ou aux clientèles vulnérables qui doivent se taper une plus grande distance pour recevoir des services auxquels ils sont pourtant habitués?
La population n'a pas été consultée avant de se faire imposer cette réorganisation par le CIUSSS régional. Les élus locaux non plus. Le personnel en place encore moins.
Il est peut-être là le problème. Si on se donnait la peine de faire un tant soit peu confiance aux personnes en place, aux intervenants sur le terrain, qui usent de leur imagination pour apporter des solutions concrètes et souvent efficaces aux besoins de leur coin, peut-être qu'on pourrait éviter de tels rapatriements de services.
Du même coup, on s'éviterait peut-être des pétitions, des manifestations, des mécontentements de toutes sortes. On s'éviterait surtout beaucoup de cynisme.