Martin Francoeur

La résilience des restos

ÉDITORIAL / S’il y a un endroit au Québec où les bonnes idées se sont multipliées pour donner un coup de pouce aux restaurateurs durement frappés par la crise de la COVID19, c’est bien à Trois-Rivières.

La plus récente initiative, celle qui consiste à aménager une terrasse collective au parc portuaire, en est un bel exemple.

Onze restaurants du centre-ville ont décidé de s’unir pour développer cette nouvelle expérience pour les visiteurs qui veulent casser la croûte. Sur cette terrasse aménagée au deuxième niveau du parc portuaire, il sera possible de commander des plats et des boissons qui seront livrés par un coursier à vélo. Il suffisait d’y penser, entend-on déjà. C’est fait. Et tant du côté de la Ville que de la société de développement commercial Trois-Rivières Centre, on a facilité la mise en place de ce projet.

C’est prometteur. L’emplacement offre une des plus belles vues sur le fleuve Saint-Laurent. Pour peu que le vent, les mouettes ou les guêpes ne s’invitent pas aussi à ces repas en terrasse, ce sera une expérience des plus agréables.

Une telle initiative met en évidence la résilience et la solidarité des restaurateurs qui ne l’ont pas eu facile depuis la mi-mars. Si on fait un retour en arrière, on se souvient que plusieurs restaurateurs avaient vite développé une formule de commandes pour emporter. D’autres avaient aussi choisi d’offrir des paniers-repas pour deux ou quatre personnes. On a senti, chez plusieurs propriétaires de restaurants, une volonté de ne pas rester les bras croisés malgré la catastrophe qu’ils traversaient.

Rapidement, la Ville et son bras de développement économique, IDE Trois-Rivières, sont venus appuyer les restaurateurs et les entrepreneurs trifluviens. Des prêts et des subventions ont été rendus disponibles rapidement aux commerçants qui subissaient directement les conséquences des restrictions sanitaires liées à la pandémie de COVID-19. Depuis la mi-mars, plus de 150 entreprises, dont plusieurs oeuvrant dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, ont reçu une aide financière. D’autres ont bénéficié de l’accompagnement d’IDE Trois-Rivières pour traverser cette période difficile.

On doit aussi se rappeler qu’à l’initiative d’Yves Beaudoin, copropriétaire du Brasier 1908, on avait vite mis en place la plateforme Resto3R.com, qui fournissait aux consommateurs de l’information en continu sur l’offre des restaurants trifluviens en période de pandémie. Le site web est vite devenu un outil de référence pour bon nombre de clients.

La campagne d’achat local initiée par la Ville et par le maire Jean Lamarche a aussi permis de rappeler l’importance d’encourager les restaurateurs qui multipliaient les efforts pour demeurer ouverts. La campagne «Trois-Rivières unie durant la pandémie», mise sur pied par Moisson Mauricie–Centre-du-Québec et dont le succès dépasse largement les objectifs initiaux, constituait aussi une bonne façon de donner un coup de pouce aux restaurants d’ici.

Avec la réouverture des restaurants et de leurs terrasses, en juin, la Ville a de nouveau agi comme facilitateur pour les restaurants, notamment en développant un concept de voie piétonnière pour la rue des Forges et donc un accès élargi aux trottoirs pour que les restaurateurs puissent aménager leurs terrasses en fonction des règles de distanciation.

Il fallait ces outils pour permettre à cet important secteur d’activité économique de ne pas tomber au combat. Déjà que les restaurateurs du centre-ville ont été privés d’une clientèle d’affaires en raison du télétravail, notamment, et d’une clientèle événementielle normalement associée à l’effervescence des activités culturelles et de l’animation dans les environs, il était important de créer des occasions et un contexte leur permettant de survivre.

L’idée de créer cette terrasse commune qui, pour certains restos, est un prolongement de leur terrasse ou de leur service de commandes pour emporter, tombe à point. Le projet implique aussi le FestiVoix et la Biennale nationale de sculpture contemporaine, ce qui permet de bonifier l’expérience en terrasse.

Vraiment, il se brasse beaucoup de nouvelles et bonnes idées depuis quelques mois à Trois-Rivières. Ça mérite d’être souligné.