La consécration pour le DigiHub

On voyait bien que c’était un fleuron pour Shawinigan et pour la région. On se doutait bien que ce modèle d’incubateur nouveau genre allait attirer l’attention et susciter l’envie d’autres régions. Mais qu’il devienne «la» référence pour la mise en place de dix-huit pôles régionaux d’innovation à travers le Québec, ce n’est ni plus ni moins qu’une consécration pour le DigiHub de Shawinigan.

Le gouvernement du Québec vient de confier à cet organisme installé sur l’avenue de la Station le mandat de constituer une nouvelle infrastructure nationale dédiée au développement régional. Une trentaine de millions de dollars seront investis dans ce projet.

Depuis sa création, en 2014, le DigiHub a connu une évolution rapide et a rapidement confondu les sceptiques. Même s’il se trouve encore de nombreux citoyens qui n’ont aucune idée de la mission ou des activités du DigiHub, ils doivent admettre que celui-ci est devenu une source de fierté, une signature exceptionnelle et une marque de commerce pour leur ville.

Le maire Michel Angers a toujours eu confiance en ce trio innovateur que constituent le centre d’entrepreneuriat, le DigiHub et la communauté entrepreneuriale pour relancer l’économie de Shawinigan et pour que la ville se démarque de ses semblables. C’est au DigiHub que l’ébullition aura été la plus intense, à un point tel que d’autres villes ont rapidement voulu importer le modèle. C’est finalement le gouvernement qui soutiendra son déploiement mur à mur, mais c’est à Shawinigan revient le mandat de mettre en place ce réseau national de pôles d’innovation, de mettre en contact les différents centres, de les accompagner et de favoriser la création d’alliances entre ceux-ci.

C’est toute une marque de confiance. Et Shawinigan a toutes les raisons de s’enorgueillir du fait que ce mandat revienne à une région.

De passage à Shawinigan lundi, le premier ministre Couillard a réitéré son attachement et sa confiance envers les initiatives shawiniganaises, particulièrement au DigiHub. Il souhaite que les pôles d’innovation s’inspirent de ce qui se fait ici.

La mission de ces nouvelles créatures sera de stimuler la collaboration entre les acteurs du secteur socioéconomique, de guider les entrepreneurs vers les services d’accompagnement et de les soutenir dans leurs efforts pour saisir des occasions d’affaires. Ils constitueront des lieux de convergence favorisant l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation.

La mise en place de modèles comme celui du DigiHub a aussi un effet collatéral non négligeable: celui de favoriser l’arrivée et la rétention de jeunes travailleurs et de jeunes entrepreneurs. Le portrait démographique d’une ville et d’une région pourrait changer radicalement d’ici quelques années. Pour Shawinigan et pour la Mauricie, ce n’est pas à négliger.

Il sera certainement intéressant de voir de quelle façon s’articulera la mise en place du réseau de pôles d’innovation régionaux. Et les attentes sont grandes, aussi, envers ce que réserve encore le gouvernement dans son Plan d’action gouvernemental en entrepreneuriat 2017-2022, pour lequel on fait déjà des annonces.

L’heure est assurément au développement du numérique, des technologies de l’information, de la robotique. Quand on y pense, il fallait beaucoup d’audace, à Shawinigan, pour qu’on développe – vite et bien – une expertise en la matière et qu’on passe sans turbulences d’une économie industrielle à une économie plus hétéroclite, complètement réinventée.