Martin Francoeur
Le Nouvelliste
Martin Francoeur
Il faudra des investissements majeurs, une collaboration étroite du milieu touristique de la région, une volonté des gestionnaires de prendre un réel virage. Il faudra surtout une véritable prise de conscience, par le gouvernement fédéral et ses organismes bailleurs de fonds, de ce que signifie la désignation d’un lieu historique national.
Il faudra des investissements majeurs, une collaboration étroite du milieu touristique de la région, une volonté des gestionnaires de prendre un réel virage. Il faudra surtout une véritable prise de conscience, par le gouvernement fédéral et ses organismes bailleurs de fonds, de ce que signifie la désignation d’un lieu historique national.

Il faudra plus que des vœux pieux

ÉDITORIAL / Décidément, rien n’est facile pour le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice. Pour remettre en état ce site et lui redonner un peu de vie, il faudra un coup de barre plus significatif que ce qui émane du rapport sur les consultations publiques menées à l’été 2019. Il faudra des investissements majeurs, une collaboration étroite du milieu touristique de la région, une volonté des gestionnaires de prendre un réel virage. Il faudra surtout une véritable prise de conscience, par le gouvernement fédéral et ses organismes bailleurs de fonds, de ce que signifie la désignation d’un lieu historique national.