FestiVoix: plus vivant que jamais

«Le FestiVoix déménagera ses activités dans le nouvel amphithéâtre… Le FestiVoix sera donc chapeauté par la Corporation de l’Amphithéâtre, ce qui permettra de sauver de l’argent.»

Ça se passait en 2014. En entrevue sur les ondes du 106,9 FM, le maire Yves Lévesque ne laissait planer aucun doute quant à l’avenir du festival musical de Trois-Rivières. Il précisait même que le FestiVoix allait «intégrer la Corporation de l’Amphithéâtre» dès l’été 2016.

Presque quatre ans plus tard, l’administration du FestiVoix est encore autonome et l’événement connaît une superbe progression. Les passeports se vendent comme des petits pains chauds, les festivaliers ont accès à une panoplie de spectacles pour une poignée de dollars, l’organisation continue d’innover en ajoutant constamment des nouveautés, les visiteurs de l’extérieur de la région sont de plus en plus nombreux et la programmation n’a absolument rien à envier aux plus grandes rencontres musicales estivales. Bref, le FestiVoix est plus vivant que jamais et il est désormais impensable de toucher à cette structure bien huilée qui anime depuis déjà un quart de siècle le centre-ville de Trois-Rivières au début des vacances estivales.

N’allez surtout pas croire que les propos du maire Lévesque en 2014 n’étaient pas pertinents. Au contraire, l’arrivée de l’Amphithéâtre Cogeco dans le décor artistique trifluvien justifiait à tout le moins une réflexion sur une possible mise en commun des instances qui planifient les événements présentés durant la saison estivale à Trois-Rivières. Question principalement d’éviter les dédoublements et, comme le mentionnait Yves Lévesque à l’époque, de sauver un peu d’argent.

Aujourd’hui, on peut dire que cette fusion n’est vraiment plus envisageable.

Premièrement, la présence du Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre Cogeco ne permet pas d’y présenter de spectacles au début de l’été.

Deuxièmement, avec la popularité grandissante du FestiVoix, il est de plus en plus évident que les gros événements auraient été à l’étroit dans la nouvelle infrastructure située au confluent du fleuve et du Saint-Maurice. Et dernièrement, la dynamique créée par le FestiVoix au centre-ville de Trois-Rivières est beaucoup trop précieuse pour prendre le risque de perdre cette belle accessibilité en déplaçant le coeur de l’événement vers l’Amphithéâtre Cogeco.

Il faut aussi souligner que les changements à la direction du FestiVoix ont changé beaucoup de choses ces dernières années. Depuis son entrée en fonction au mois de décembre 2014, Thomas Grégoire a travaillé d’arrache-pied pour rendre cet événement plus vert, plus diversifié, plus populaire à l’extérieur de la région et plus jeune. Il peut dire mission accomplie.

Mais surtout, son arrivée a radicalement modifié la qualité des relations entre les directions d’événements à Trois-Rivières. Aujourd’hui, les responsables du FestiVoix, de l’Amphitéhâtre Cogeco et de Culture Trois-Rivières se rencontrent pour parler programmation et n’hésitent pas une seule seconde à se prêter du matériel et à se partager des contacts et des conseils. Cette collaboration dénuée de compétition, qui a peut-être fait défaut par le passé, est assurément à la base du succès que connaissent les spectacles estivaux à Trois-Rivières.

À l’arrivée de l’Amphithéâtre Cogeco, plusieurs intervenants avaient peur d’assister à une forme de cannibalisation des événements touristiques. Au contraire, on peut dire aujourd’hui que tout le monde a trouvé sa place, que cette mise en commun souhaitée s’est faite naturellement… et que le FestiVoix est encore là pour les vingt-cinq prochaines années.