Le vote par anticipation à Trois-Rivières.

Et si on visait les deux tiers?

Après une campagne électorale souvent éclipsée par une actualité bien remplie, l’heure du choix est arrivée dans près de 900 municipalités du Québec. Chez nous, des élections à la mairie ont lieu dans toutes les villes les plus importantes de la région, à l’exception de Nicolet. Le défi, maintenant, est celui de la participation.

On dit souvent que le palier municipal est celui qui est le plus près des citoyens, mais lorsqu’on regarde les taux de participation aux élections, il semble être le plus éloigné dans les préoccupations de ces derniers. Lors de l’élection de 2013, ce taux se situait autour de 50 % pour l’ensemble de la région. C’est loin d’être suffisant.

Évidemment, on ne peut pas espérer un bond spectaculaire de la participation au scrutin de dimanche, mais si on pouvait espérer que les deux tiers des électeurs se rendent aux urnes, ce serait déjà une sacrée amélioration.

Le Directeur général des élections du Québec et les présidents d’élection dans chacune des municipalités ont mis beaucoup d’efforts pour inciter les électeurs à exercer leur droit de vote. Et ça, c’est une excellente initiative. Les publicités télévisées du Directeur général des élections, où on voit de façon caricaturale de quoi pourraient avoir l’air des services municipaux offerts à moitié, dans une proportion semblable au taux de participation aux élections, sont très efficaces.

Dans chacune des municipalités, les présidents d’élection redoublent d’efforts pour faire sortir le vote. Dans les villes comme Trois-Rivières et Shawinigan, où on trouve un service de transport en commun, on a décidé de rendre l’accès gratuit pour la journée du scrutin et d’étendre aussi l’horaire du service de transport adapté, afin de répondre aux besoins des électeurs.

À Trois-Rivières, où son prédécesseur avait mis en place l’initiative de photographier les candidats pour offrir une information plus complète aux électeurs, la greffière de la Ville et présidente d’élection, Yolaine Tremblay, demandait récemment aux médias de créer un «momentum» pour les élections municipales. C’est une démarche plutôt inhabituelle, mais tout à fait justifiée. Son équipe a consacré beaucoup d’efforts pour cibler plus spécialement les électeurs de moins de 35 ans. Le guide de l’électeur a été épuré et rafraîchi, un slogan dynamique a été utilisé, le site web et les réseaux sociaux ont été mis à profit. Des capsules humoristiques et des vox pop ont été créés, toujours dans l’objectif de susciter l’intérêt des électeurs.

Il est rassurant de voir cette préoccupation du personnel électoral à vouloir mousser la participation au scrutin. Jusqu’à maintenant, la participation au vote par anticipation semble leur donner raison, ce qui pourrait laisser présager un taux global plus élevé qu’en 2013.

Évidemment, les équipes électorales sur le terrain travailleront aussi à faire sortir leur vote, notamment en offrant du transport aux partisans qui en auraient besoin. C’est une démarche intéressée, certes, mais c’est tout aussi valable.

Pourquoi est-il si important de participer aux élections municipales? Parce que c’est ce qui bonifie la légitimité des candidats qui seront élus. Ou qui leur en donne une, carrément.

Imaginons par exemple un candidat à la mairie qui est élu avec 35 % des voix, dans une lutte à quatre candidats, dans une ville où il y aurait 100 000 électeurs mais où le taux de participation n’aurait été que de 50 %. Cela voudrait dire que le maire en question n’aurait eu l’appui que de 17 500 personnes. Dans une ville qui, rappelons-le, aurait une population d’environ 120 000 personnes ou d’environ 100 000 électeurs. 

Plus le taux de participation est élevé, plus le déficit de légitimité des élus – et c’est vrai aussi pour les gouvernements provincial ou fédéral – s’atténue.

On pourrait aller jusqu’à envisager un vote obligatoire, mais c’est tout un débat. En attendant, il faut souhaiter que la tendance à l’abstention électorale, particulièrement chez les 18-30 ans, puisse se renverser progressivement. 

Bon vote!