Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Martin Francoeur
Le Nouvelliste
Martin Francoeur
Depuis jeudi, l’accès au parc de l’Île Saint-Quentin est gratuit.
Depuis jeudi, l’accès au parc de l’Île Saint-Quentin est gratuit.

Et si la gratuité devenait permanente?

Article réservé aux abonnés
ÉDITORIAL / Depuis jeudi, l’accès au parc de l’Île Saint-Quentin est gratuit. La Ville de Trois-Rivières a décidé d’inclure cette mesure parmi les moyens déployés pour offrir à la population une occasion de prendre l’air et de se changer les idées en cette période de pandémie et avec l’hiver qui est à nos portes. C’est une initiative qu’il faut saluer, en formulant le souhait qu’elle puisse donner des idées à la Ville de Trois-Rivières pour envisager la gratuité permanente à ce parc magnifique.

Questionné à ce sujet lors de la rencontre de presse qui a précédé l’adoption du budget, mardi, le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, a indiqué que la Ville n’en était pas là dans sa réflexion. C’est un projet «COVID», a-t-il insisté. Mais l’idée pourrait faire du chemin.

Il y a quelques semaines, la Ville de Trois-Rivières avait annoncé qu’elle travaillait sur une programmation d’activités hivernales accessibles à tous les citoyens, histoire de saluer leur résilience et de lutter contre la morosité causée par les mesures sanitaires en vigueur. D’autres mesures sont proposées, mais l’accès gratuit à l’île Saint-Quentin est certainement celle qui s’imposait d’elle-même et celle qui risque de rallier le plus grand nombre de participants.

Des sentiers de marche sont entretenus, tout comme le sentier de glace de près de deux kilomètres de longueur qui sera accessible dès que les conditions le permettront. On a même eu la bonne idée d’adapter le tracé de ce sentier de patinage pour éviter que les gens se croisent. Et au lieu de la glissade réfrigérée, on a aménagé un rond de glace réfrigéré pour satisfaire les patineurs. Vraiment, les dirigeants du parc ont su s’adapter rapidement et efficacement aux mesures en vigueur.

Ce n’est pas d’hier qu’on parle de la gratuité au parc de l’Île Saint-Quentin. D’abord, il convient de souligner qu’il est inhabituel d’exiger des droits d’entrée pour un parc municipal. Les parcs nationaux du Canada, du Québec ainsi que certains parcs régionaux imposent une tarification mais l’île Saint-Quentin n’est pas dans ces catégories. C’est un parc relevant de la Ville, qui en a confié la gestion à une corporation paramunicipale.

En 2013, l’ex-maire Yves Lévesque plaidait déjà pour un accès gratuit au parc de l’Île Saint-Quentin. Il affirmait même que c’était son rêve d’abolir les droits d’entrée, évoquant au passage la possibilité que la Ville reprenne un jour la gestion du parc. À la différence de la plupart des parcs municipaux, l’île Saint-Quentin comprend des services et des infrastructures importantes, d’où la nécessité de bien évaluer cette hypothèse. La même année, la conseillère municipale Sylvie Tardif, alors candidate à la mairie, avait pris l’engagement de mettre fin à la tarification.

L’imposition de droits d’entrée à l’Île Saint-Quentin rapporte bon an mal an autour de 400 000 $ à la Corporation. C’est non négligeable, surtout si on considère les dépenses d’entretien, de sécurité et de conservation. Évidemment, si on privait l’Île de tels revenus, il faudrait compenser autrement. Déjà, il y a peut-être des économies à faire dans le scénario d’une reprise de la gestion par la Ville. Il y a aussi des partenariats qui peuvent être développés, des commanditaires qui peuvent être sollicités.

En attendant une gratuité totale, on pourrait envisager de laisser l’accès libre mais d’imposer un léger tarif pour le stationnement et développer un service de navette dans les périodes les plus achalandées.

Ce ne sont pas les idées qui manquent. Reste à voir s’il y aura de la volonté politique.