Si la version du maire Lévesque n'est pas clairement démontée par ses opposants concernant cette première soumission de 14 millions $, il n'est vraiment plus pertinent de relancer le débat de ce nouveau colisée.

Des preuves s'il-vous-plaît!

Est-ce que le maire Yves Lévesque a volontairement caché une soumission indiquant que le colisée du parc de l'Exposition aurait pu être rénové pour 14 millions $?
La plupart des conseillers croient que oui. Le maire de Trois-Rivières, lui, jure que cette soumission était une «erreur» qui ne correspondait pas aux exigences de la Ville. 
Plus précisément, l'estimé de 14 millions $ prévoyait des rénovations du colisée dans sa forme actuelle, avec 3000 sièges, alors que la «vraie» commande demandée à l'architecte Michel Pellerin devait considérer 5000 places et des loges corporatives. 
«Pour comparer des pommes avec des pommes», clame Yves Lévesque, en faisant référence au projet de nouveau colisée qui est sur le point de voir le jour sur les terrains du District 55.
On peut parler d'un pétard mouillé si Yves Lévesque dit vrai et que cette fameuse soumission est réellement un estimé erroné. Le maire de Trois-Rivières a toujours crié haut et fort qu'il voulait un colisée de 5000 places avec des loges.
En ce sens, sa version peut tenir la route. Les conseillers actuels l'ont d'ailleurs toujours suivi dans cette direction. C'est davantage l'emplacement de ce nouveau colisée qui a alimenté les discussions au cours des dernières années.
Il y a cependant un gros problème si le maire Lévesque a commandé cette première soumission et qu'il a «oublié» de la présenter aux conseillers. Encore pire s'il a demandé à l'architecte Pellerin d'en refaire une deuxième si la première ne faisait pas son affaire. Parce que si c'est le cas, Yves Lévesque a menti. Mais personne, pour l'instant, est en mesure de le prouver hors de tout doute. Si quelqu'un en a des preuves, qu'il se manifeste. En attendant, on se calme le pompon.
Toute cette histoire ressemble aux nombreuses prétentions qu'on retrouve actuellement sur les réseaux sociaux qui avancent que c'est le maire Yves Lévesque lui-même qui a incité André Bertrand à devenir ce troisième candidat à la mairie de Trois-Rivières pour diviser le vote. C'est bien beau comme scénario mais, encore là, est-ce que quelqu'un a des preuves? Est-ce que quelqu'un a une photo des deux hommes dans un restaurant? Des enregistrements? Visiblement, non.
Pour le reste, si la version du maire Lévesque n'est pas clairement démontée par ses opposants concernant cette première soumission de 14 millions $, il n'est vraiment plus pertinent de relancer le débat de ce nouveau colisée. La subvention gouvernementale de 26,8 millions $ est acquise et un nouveau colisée digne de ce nom pour remplacer l'actuelle infrastructure qui date des années 30 n'est vraiment pas un luxe. Sujet clos!
La meilleure suggestion dans le contexte actuel vient du conseiller Pierre-Luc Fortin qui réclame un plan d'action pour la gestion des arénas à Trois-Rivières. Combien faudra-t-il investir dans le vieux colisée pour le garder en vie une fois que le nouveau aura vu le jour? Qu'adviendra-t-il de l'aréna Jean-Guy-Talbot et de l'offre de service dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine? Voilà des questions qui pourraient alimenter les débats au cours de la prochaine campagne électorale. Des questions plus constructives qui nous éloigneraient un peu des scénarios hypothétiques actuels.