Le maire Yves Lévesque.

Colisée: bien se positionner

Ce n’est pas une grande surprise: Yves Lévesque veut avoir une équipe de hockey «majeure» dans «son» nouveau colisée qui devrait accueillir ses premiers visiteurs fin 2019. À l’entendre parler du sujet avec enthousiasme lors de la première pelletée de terre marquant le début de ce chantier évalué à 53 millions $, le maire de Trois-Rivières veut visiblement en faire un dossier prioritaire au cours des prochains mois. Et il n’y a absolument rien de mal là-dedans. Bien au contraire.

Maintenant que la construction de cet aréna de 4400 places est officiellement lancée, il est grand temps que Trois-Rivières se positionne quant à ses attentes et son plan d’action en vue de l’arrivée de ce nouvel équipement dans le portrait sportif mauricien. Question d’attirer d’éventuels investisseurs et d’être prêt à développer au maximum tout le potentiel de cette importante infrastructure attendue depuis tellement longtemps.

La dernière sortie du maire de Trois-Rivières lance un message clair aux dirigeants des Cataractes qui ne voient pas d’un bon œil le retour d’une deuxième formation de la LHJMQ en Mauricie. Les intentions étant désormais connues, des pourparlers pourront éventuellement être initiés avec la concession shawiniganaise qui ne laissera pas une équipe junior s’établir à Trois-Rivières sans exiger une onéreuse compensation. Une entente est-elle possible? D’importants investisseurs accepteront-ils d’allonger ces milliers de dollars (peut-être même des millions) pour exploiter une concession à Trois-Rivières? Le maire Lévesque assure que d’autres équipes sont intéressées à venir s’établir à Trois-Rivières (Ligue américaine, East Coast), mais il sait très bien que l’option LHJMQ est celle qui a le meilleur potentiel de réussite.

L’arrivée de ce nouveau colisée permet également à Trois-Rivières d’envisager la présentation de championnats sportifs majeurs en collaboration avec les associations régionales. D’ailleurs, ça va déjà faire 20 ans en 2019 que les Jeux du Québec ont eu lieu dans la cité de Laviolette. Trois-Rivières a grandement besoin d’un objectif mobilisateur pour à la fois revigorer des infrastructures sportives qui en arrachent et pour mettre en valeur la jeunesse de la région. Ce nouveau colisée pourrait facilement être le point de départ d’une telle offensive.

L’entrée en scène de ce nouvel équipement municipal est également accompagnée de grands espoirs en ce qui concerne la présentation de spectacles. Avec une capacité totale de 5500 places (en formule spectacle), le nouveau colisée pourrait s’insérer dans l’itinéraire de grands noms de la musique. Reste à voir à qui sera confiée la gestion de ce nouveau lieu de diffusion. À Culture Trois-Rivières? À la Corporation de l’Amphithéâtre? Chose certaine, il faut rapidement mettre en place un plan d’action clair et précis pour bien exploiter ce nouveau créneau. À Shawinigan, à l’inauguration de l’actuel Centre Gervais Auto, les attentes étaient aussi très grandes. Dix ans plus tard, à peine une poignée de spectacles y ont été présentés. Il ne faudrait pas faire la même erreur.

Il reste donc pas mal de travail à réaliser pour faire de ce nouveau colisée un lieu de développement et de rassemblements par excellence. Du travail qui sera grandement influencé par la bonne humeur politique du conseil de ville... qui pourrait être très fragile si les échéanciers et le budget initiaux ne sont pas respectés. On se croise les doigts.