Roger Lavergne

Cinquante-deux sources d’inspiration

ÉDITORIAL / C’est un rendez-vous annuel inspirant. Une soirée qui permet de prendre conscience d’une richesse inestimable pour la région: l’engagement bénévole de femmes et d’hommes, dans différents secteurs d’activité, pour le bien de leur communauté. Le rendez-vous annuel des personnalités qui ont été proclamées «Tête d’affiche» se tenait mardi et constitue une belle occasion de mesurer la solidarité, la générosité, le dévouement, la passion et l’initiative de personnes qui se démarquent dans leur milieu.

Au cours de la dernière année, Le Nouvelliste a honoré une cinquantaine de personnes qui ont choisi de faire une différence pour d’autres autour d’eux. Pour une cause, pour des proches, pour des jeunes, pour des aînés, pour des organismes. Ces «têtes d’affiche» sont rarement des personnes connues ou des figures que l’on voit souvent dans les médias. Ce sont pour la plupart des travailleurs de l’ombre. Leur humilité est souvent égale ou supérieure à l’intensité de leur engagement.

Mardi soir, tout ce beau monde avait rendez-vous à Trois-Rivières, où on leur a servi un autre coup de chapeau. La tradition veut qu’une des 52 personnalités de la dernière année soit choisie comme «coup de cœur», pas tellement pour dire qu’elle est la meilleure parmi ses semblables, mais plutôt pour dire que cette personne devient en quelque sorte l’ambassadeur ou l’ambassadrice de tous ceux et celles qui s’impliquent ou qui travaillent pour faire une différence.

Cette année, le coup de cœur est revenu à Roger Lavergne.

L’homme qui est à la tête des Rôtisseries Fusée est une figure bien connue à Shawinigan et dans la région. En plus de piloter la Fondation Fusée pour le cancer, qu’il a mise sur pied avec ses frères, il est actionnaire des Cataractes et organise de grands événements sportifs, particulièrement dans le domaine de la boxe et du hockey. En 2005, il a orchestré un gala de boxe à l’aréna de Grand-Mère. Il disait alors ne rien connaître du milieu dans la boxe mais il voulait permettre au regretté Patrice L’Heureux, un ami, de boxer chez lui.

Cette soirée avait d’ailleurs été le point de départ de ce volet de l’engagement de Roger Lavergne. L’année suivante, un autre gala ayant pour moment fort le championnat canadien des poids lourds avec deux boxeurs de la région, avait fait salle comble à l’aréna Jacques-Plante.

De fil en aiguille, son expérience de l’organisation d’événements sportifs et son implication au sein des Cataractes lui ont permis de participer étroitement à l’organisation du tournoi de la Coupe Memorial en 2012, puis de la première classique hivernale de la LHJMQ deux ans plus tard. L’année dernière, Roger Lavergne est revenu à la boxe et a présenté, en février 2018, un gala qui a rassemblé 3500 personnes au Centre Gervais Auto.

Le choix de Roger Lavergne comme personnalité «coup de cœur» envoie un message fort comme quoi il n’est pas nécessaire d’être sous les feux de la rampe pour faire rayonner son milieu, aider une communauté ou améliorer les services ou le bien-être des citoyens.

Les 51 autres personnalités honorées au cours de la dernière année ont en commun avec Roger Lavergne une volonté d’apporter une contribution pour que la communauté dans laquelle ils évoluent ou la société en général se porte mieux. L’altruisme, l’humanisme, l’abnégation et la détermination sont souvent des qualités communes à ces «têtes d’affiche».

L’initiative des «Têtes d’affiche» en est à sa dix-huitième année. Au total, ce sont plus de 900 personnes de la Mauricie et du Centre-du-Québec qui ont été honorées au fil des ans. Il faut voir «Tête d’affiche» comme une formidable tape dans le dos de la part de toute une communauté à ces gens qui habituellement ne cherchent pas la reconnaissance.

Si cette initiative peut contribuer à mettre en lumière ces exemples d’engagement afin qu’ils puissent servir d’exemples à d’autres citoyens, tant mieux. Tous ces travailleurs de l’ombre méritent notre reconnaissance.