Le candidat à la mairie Jean-François Aubin.

C'est parti!

Le véritable coup de départ en vue des élections municipales est lancé avec le début officiel de la période de mises en candidature. Or, un peu partout dans la région, les hostilités sont lancées depuis un bon bout de temps et laissent déjà présager des échanges parfois constructifs, parfois acrimonieux.
Jeudi soir, le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin, a officiellement entrepris sa campagne sous les applaudissements de plusieurs supporteurs réunis au club de golf Métabéroutin. L'actuel conseiller dans le district Marie-de-l'Incarnation a d'ailleurs déjà affiché ses couleurs en installant ses pancartes électorales aux quatre coins de la ville. Visiblement, Jean-François Aubin est prêt à croiser le fer contre celui qui dirige Trois-Rivières depuis maintenant 16 ans. L'arrivée d'un troisième candidat, qui divisera assurément le vote en faveur du maire sortant, a quelque peu déstabilisé le candidat Aubin. Mais, visiblement, la pilule est avalée et il semble vraiment déterminé à donner une solide opposition à Yves Lévesque.
Mais, on le répète, la bataille sera difficile. Surtout avec un troisième candidat en lice. Sa principale mission, en plus d'édulcorer cette étiquette de politicien un peu trop de gauche, sera de convaincre le vote anti-Lévesque de se ranger majoritairement derrière lui, ce qui pourrait lui donner plus de 45 % des suffrages. Son idéologie basée sur la transparence, le travail d'équipe et le besoin de changement parviendra-t-elle à aller chercher le reste des votes qui le séparent de la victoire tant espérée? Réponse le 5 novembre!
De son côté, Yves Lévesque n'a pas encore officiellement déposé sa candidature, même si c'est un secret de Polichinelle qu'il sollicitera un cinquième mandat consécutif. Le vieux routier a l'air beaucoup moins nerveux depuis qu'un troisième candidat s'est ajouté sur les bulletins de vote. Il ne faudrait par contre pas qu'il pense que la partie est gagnée d'avance et qu'il décide de faire une campagne prudente et discrète pour éviter de faire des erreurs. 
Au contraire, il devrait être enclin à défendre un bilan quand même intéressant... et à rappeler que son vis-à-vis était sur le même conseil que lui lorsque le vote était demandé!
C'est peut-être juste une impression, mais les Trifluviens semblent plus que jamais être à la recherche de réponses à l'aube de ce blitz électoral. Gestion de la dette, capacité de payer, pertinence des grands projets, taxes foncières. Les réseaux sociaux et les lettres ouvertes abordent constamment ces questions. À ce sujet, il faut espérer que le maire Lévesque acceptera de participer à un débat pour aller davantage en profondeur dans tous ces dossiers capitaux pour l'avenir de Trois-Rivières.
Il est par ailleurs un peu tôt pour analyser l'ensemble des forces en présence à travers la région. À Bécancour, il sera intéressant de suivre le duel entre Martine Pepin et le vétéran Jean-Guy Dubois. 
À Louiseville, le maire Yvon Deshaies et son usine de pot semblent partis pour la gloire. Même constat à Shawinigan où Michel Angers sera difficile à vaincre. À La Tuque, quelles répercussions aura le passage de Normand Beaudoin devant la Commission municipale du Québec? À Saint-Alexis-des-Monts, l'ancien député libéral Jean-Paul Diamond parviendra-t-il, à 77 ans, à reprendre son siège de maire? Autant d'intéressants dossiers à suivre au cours des six prochaines semaines.