Bienveillance et discernement

ÉDITORIAL / Bienveillance et discernement. Deux mots qu’on n’entend pas assez souvent. Et c’est exactement ce que je nous souhaite pour l’année qui commence. Et pourquoi pas pour la nouvelle décennie, tant qu’à y être!

Deux mille vingt n’est commencée que depuis quelques dizaines d’heures. Il est encore temps pour moi de vous offrir mes meilleurs vœux pour cette année encore toute jeune. Des vœux de bonheur, d’amour et de complicité, évidemment, mais aussi des vœux de bonne santé pour profiter pleinement des autres vœux.

Mais puisque plein de monde vous a déjà probablement souhaité tout cela, je voulais tenter d’être un peu plus original. Et c’est ce qui m’a amené à ajouter la bienveillance et le discernement à la liste des souhaits pour l’an neuf.

La bienveillance, c’est une disposition d’esprit inclinant à la compréhension, à l’indulgence envers autrui. Le discernement, c’est la faculté d’apprécier sainement les choses. C’est un synonyme d’intelligence et de sens critique.

C’est ce que je nous souhaite, collectivement. Nous vivons entourés de messages. Nous sommes dans une ère de communications rapides, expéditives. Tout doit être court. Tout est trop souvent tout blanc ou tout noir. Les nuances se perdent. Nous sommes à une époque où la distorsion est facile, où les perceptions prennent une trop large place. Notre tolérance s’effrite, malheureusement.

Nous sommes aussi à une époque où l’interaction est devenue omniprésente. On a le commentaire facile, on s’invite dans les débats, on prend position. Les réseaux sociaux constituent une plateforme de choix pour relayer des informations et pour exprimer des opinions. Ils sont une sorte de microcosme de l’interaction sociale mais où les filtres sont absents. Ou presque. Commentaires agressifs, insultes, déductions hâtives, sophismes et amalgames sont devenus courants sur le web.

Les médias français nous apprenaient, il y a quelques mois, que la proportion des commentaires dont le contenu est agressif a progressé d’un tiers en un an. C’est en tout cas ce que révélait une étude réalisée par Netino By Webhelp. Pas moins de 14,3 % des commentaires postés entre janvier et avril 2019 sur les pages Facebook des médias contiennent des propos haineux ou agressifs. En 2018, cette proportion était de 10,9 %.

Le PDG de la firme Netino, spécialisée dans la modération de contenus sur internet, avait constaté que l’augmentation de la violence écrite était significative et que celle-ci ne relevait plus uniquement de «l’agressivité générique». Elle est de plus en plus ciblée vers des groupes sociaux, des professions, des individus: les politiciens, les médias, les migrants, les musulmans, les baby-boomers, les membres de communautés visibles ou marginales, etc.

L’expression de désaccord est normale, voire souhaitable. Mais de voir ces critiques enrobées d’hostilité ne correspond certainement pas aux valeurs saines qui nous ont toujours caractérisés: l’ouverture, la solidarité, l’accueil ou l’altruisme, pour ne nommer que celles-là.

Je nous souhaite donc plus de discernement cette année. Discernement face aux discours populistes ou extrémistes. Face aux amalgames, aux généralisations hâtives. Face aussi à tout ce qu’on nous offre de fausses nouvelles ou de nouvelles non vérifiées. Discernement, aussi, dans nos choix de société. Qu’ils soient toujours motivés par les valeurs du vivre-ensemble plutôt que par les petits conforts individuels. Qu’ils soient faits en fonction des générations qui nous suivront. Discernement, enfin, dans nos réactions. Dans l’émission de nos opinions. Dans nos relations, surtout. Savoir bien s’entourer, avoir des repères, des influences positives dans notre entourage. C’est de là que vient souvent la bienveillance. Et elle doit retrouver sa place dans nos rapports humains et dans les façons qu’on a trouvées pour communiquer entre nous.

C’est cela que je nous souhaite. Et tiens, puisqu’on y est, je vous souhaite un journal à la hauteur de vos attentes. Mes collègues et moi y travaillerons très fort, c’est promis!

Bonne et heureuse année 2020!