Éditorial

Un geste significatif

ÉDITORIAL / Il y a certainement des dirigeants, des coordonnateurs et des travailleurs de plusieurs organismes communautaires qui ont dû pousser un soupir de soulagement, vendredi, alors que le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, annonçait une bonification de près de 11 millions $ pour le soutien à ces organismes. En pleine période de vacances estivales, alors que la plupart de ces organismes ne prennent pas de pause, cette annonce arrive comme une brise rafraîchissante.

Le ministre Boulet, qui avait choisi de faire son annonce dans sa circonscription de Trois-Rivières, a confirmé que son gouvernement augmentait sa participation dans le financement des organismes communautaires par le biais de quatre interventions distinctes. Pour rétablir l’équité en matière de soutien aux organismes de défense collective des droits, le gouvernement injecte 6,7 millions $ que se partageront 252 organismes. Pour soutenir de nouveaux organismes de défense collective des droits, le gouvernement accorde 2,7 millions $. Près de 300 000 $ serviront à mieux soutenir les corporations de développement communautaire et, enfin, 1,1 million $ servira à assurer la croissance de la masse salariale pour 320 organismes.

Opinions

Oui, ces tweets étaient racistes

ÉDITORIAL / Le président des États-Unis, Donald Trump, est descendu ces derniers jours à un niveau probablement plus bas que celui de toutes les autres bassesses, inepties ou insultes qu’il a pu formuler depuis le début de sa présidence. Il a beau s’en défendre, mais les tweets dans lesquels il recommandait à quatre élues démocrates progressistes issues de minorités de retourner dans leur pays, sont bel et bien racistes.

Dimanche, Donald Trump avait, via Twitter, visé quatre élues du Congrès, sans toutefois les nommer précisément, en leur conseillant de «retourner dans ces endroits totalement défaillants et infestés par la criminalité dont elles viennent». Les élues en question, associées à l’aile gauche du Parti démocrate, sont Alexandria Ocasio-Cortez, de New York, Ilhan Omar, du Minnesota, Ayanna Pressley, du Massachusetts, et Rashida Tlaib, du Michigan. Il est ici utile de rappeler que trois d’entre elles sont nées aux États-Unis.

Opinions

STTR: une transition difficile

ÉDITORIAL / Les intentions de la Société de transport de Trois-Rivières dans la préparation et le déploiement de son nouveau réseau étaient sans doute bonnes. Mais force est de constater que les stratégies de consultation et de communication ont été déficientes. Et que le résultat est loin de satisfaire les usagers.

Il faut préciser qu’il ne s’agissait pas, ici, de changements mineurs pour modifier certains circuits. On a complètement redessiné le réseau de transport public, déplacé des terminus, modifié des intervalles de passage. L’exercice a nécessité deux ans de préparation et a certainement des incidences sur le quotidien de plusieurs citoyens qui comptent sur ce service pour leurs déplacements.

Opinions

L’irrésistible élan de la CAQ

ÉDITORIAL / Décidément, le gouvernement de la Coalition avenir Québec plaît aux Québécois. C’est plus qu’une lune de miel. Une lune de miel, ça dure quelques jours, quelques semaines peut-être. C’est la continuité de la célébration de l’union. Dans le cas de la CAQ, ça fait neuf mois que ça dure. Et c’est beaucoup plus intense que la simple continuité.

Neuf mois après l’élection qui l’a propulsé au rang de gouvernement majoritaire, le parti de François Legault obtient 47,8 % des intentions de vote auprès des Québécois selon le plus récent sondage Mainstreet mené pour le Groupe Capitales Médias. Le 1er octobre dernier, la CAQ recueillait 37,4 % des voix exprimées par les quelque quatre millions d’électeurs qui ont voté.

Opinions

Un peu de souffle un peu trop tard

ÉDITORIAL / Le gouvernement du Québec a décidé de donner un peu de souffle aux propriétaires de résidences privées pour personnes âgées. Il prolonge jusqu’en 2022 la date limite pour l’installation de gicleurs dans ces résidences, tout en bonifiant la subvention qui est accordée pour ces travaux. C’est assurément une bonne nouvelle pour les propriétaires, mais on ne peut s’empêcher de penser à tous ceux qui sont tombés au combat des dernières années, devant fermer leur résidence parce qu’ils étaient incapables financièrement de répondre aux exigences gouvernementales.

Québec, par la voix de la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, a donc décidé de repousser de deux ans l’échéance pour l’installation de gicleurs. Cette exigence découle directement des recommandations du coroner à la suite de l’enquête concernant l’incendie d’une résidence pour personnes âgées à L’Isle-Verte, en 2014, qui avait fait 32 morts et 15 blessés.

Opinions

Une question de sécurité

ÉDITORIAL / La tragédie survenue vendredi dernier à Notre-Dame-de-Montauban, où un homme dans la trentaine est mort noyé, emporté par les eaux de la rivière Batiscan, est venue rappeler cruellement la nécessité pour les municipalités éloignées d’être adéquatement desservies par le réseau de téléphonie cellulaire. Nous sommes en 2019, est-il utile de le rappeler.

Peut-être que le cellulaire n’aurait pas sauvé la vie de Patrick Bouchard, cet homme dans la trentaine, père de trois enfants, de Saint-Raymond-de-Portneuf. Mais il aurait certainement facilité les opérations de recherche, les communications entre les intervenants, les policiers, les sauveteurs.

Opinions

Quand des voix s’élèvent

ÉDITORIAL / Parcs Canada a décidé de prolonger la période de consultation concernant l’élaboration du plan directeur du lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice. Même si cette nouvelle révèle de sérieuses lacunes dans la transmission des informations concernant la démarche initiale, il faut saluer cette réaction de la part de l’organisme fédéral. Et il faut maintenant souhaiter que l’initiative en vaille le coup et qu’elle permette de faire entendre le cri du cœur maintes fois exprimé depuis quelques années.

Au cours des dernières semaines, plusieurs personnes ont – notamment dans ces pages d’Opinions – déploré le fait que la démarche initiale de consultation avait été très peu publicisée par Parcs Canada. Certaines d’entre elles réclamaient une prolongation de cette période de consultation, d’autres en profitaient pour appeler à la mobilisation.

Opinions

Grand succès, grands défis

Le rideau est tombé, dimanche, sur la vingt-sixième édition du FestiVoix. En attendant le bilan officiel, qui sera présenté vendredi, il est facile de constater que l’événement a connu un succès éclatant. Fréquentation à la hausse, programmation artistique relevée et diversifiée, enthousiasme des partenaires et des festivaliers: le FestiVoix a de quoi faire l’envie de plusieurs événements semblables. Trois-Rivières a toutes les raisons de s’enorgueillir d’avoir dans sa cour un événement comme le FestiVoix.

Opinions

DPJ: il faudra plus que des millions

ÉDITORIAL / Il fallait certainement que la situation soit critique pour que le gouvernement, par la voix du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, annonce en ce chaud début juillet l’injection d’une somme de 47 millions $ dans le système de protection de la jeunesse. Même s’il s’agit d’une annonce importante qui constitue certainement un premier pas dans la bonne direction, il faudra plus que cela pour mieux protéger les enfants vulnérables.

Ce montant de 47 millions $ devrait permettre l’embauche de près de 400 professionnels, ce qui devrait rendre l’évaluation et le traitement des signalements plus rapides et plus fluides. Le gouvernement veut éliminer la notion de liste d’attente sur lesquelles se retrouvent les enfants à l’étape de l’évaluation.

Opinions

De dauphine à adversaire

ÉDITORIAL / Le moins qu’on puisse dire, c’est que la campagne électorale fédérale dans Trois-Rivières sera tout sauf ennuyante.

Si elle devient officiellement candidate libérale, la conseillère municipale Valérie Renaud-Martin croiserait alors le fer avec, entre autres, celui qui l’avait pratiquement désignée comme sa dauphine pour lui succéder à la mairie de Trois-Rivières. Et la lutte s’annonce déjà féroce.

Opinions

ABI: il était grand temps

ÉDITORIAL / Le lock-out à l’Aluminerie de Bécancour est maintenant chose du passé. Il était grand temps. Le vote massif des syndiqués pour l’acceptation de la plus récente offre de l’employeur marque non seulement une volonté de mettre un terme au conflit et de retourner au travail, mais aussi et surtout une rupture avec ce qu’on pourrait appeler l’acharnement syndical.

Quand 79,8 % des membres du syndicat – qui ont voté dans une proportion de 93 % – décident d’aller à l’encontre de la recommandation de leur comité exécutif, ça en dit long sur l’atteinte de ce point de rupture. Sur l’épuisement moral des syndiqués. Ce sont eux qui subissent les contrecoups financiers et moraux de ce conflit. Ce sont eux qui, depuis plus de dix-sept mois, subissent les commentaires souvent désobligeants de plusieurs citoyens.

Opinions

L’homme qui fait ses devoirs

ÉDITORIAL / Huit mois se sont écoulés depuis l’assermentation de Jean Boulet comme ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la Mauricie. L’homme a déjà perdu son étiquette de nouveau venu en politique. Il s’est acquitté de sa tâche avec aplomb, et ce, malgré le temps et les efforts supplémentaires que demande un dossier impromptu comme celui de l’ABI.

Jean Boulet était en entrevue éditoriale au Nouvelliste vendredi. Il est plus déterminé que jamais à poursuivre les chantiers en cours, notamment celui de la tournée «En action pour la main-d’œuvre», qui découle de la «grande corvée» lancée en janvier dernier. L’offensive, on le sait, a pour but d’écouter et de mieux outiller les entreprises dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre.

Opinions

Dominique et la reconquête

ÉDITORIAL / L’idée n’était pas bête. Annoncer une candidature à la direction du Parti libéral du Québec dans une région plutôt que dans la métropole ou dans la capitale, cela a le mérite d’envoyer un signal. Un signal dont il est encore difficile d’évaluer la portée, autant pour celle qui a confirmé sa candidature que pour son parti. La course à la succession de Philippe Couillard, malheureusement, risque d’être très montréalaise.

Dominique Anglade avait savamment orchestré l’annonce de ce qui était devenu un des secrets les moins bien gardés. Elle sera bel et bien candidate à la direction du Parti libéral. Elle est la première à le confirmer. Et pour ce faire, elle avait choisi Shawinigan, plus précisément les locaux de l’entreprise Elmec. Parce que Shawinigan, estime-t-elle, représente une région qui a su se renouveler, se réinventer. Un peu comme devra le faire le Parti libéral du Québec. Et aussi parce que ce parti devra reconnecter avec les électeurs des régions.

Opinions

Les apparences d’un ultimatum

ÉDITORIAL / La nouvelle offre globale et finale de l’employeur aux syndiqués de l’Aluminerie de Bécancour a toutes les apparences d’un ultimatum. Un rejet, insistent les représentants de la partie patronale, entraînerait l’arrêt complet de ce qu’il reste de cuves en opération. Ce serait cliché de dire que ça passe ou ça casse. Mais on va le dire quand même.

Cliché parce qu’au cours des dix-sept derniers mois, on l’a lu et entendu à quelques reprises. Des élus, des observateurs, des experts en relations de travail, des commentateurs, de simples citoyens aussi. Beaucoup de simples citoyens.

Opinions

Petit train ira loin, mais n’ira pas vite

ÉDITORIAL / L’image était frappante et elle résume bien l’annonce faite à Trois-Rivières mardi matin concernant le train à grande fréquence. Pour la prise de photo et d’images officielles après la conférence de presse, les invités se sont rendus sur le quai de la gare où une locomotive avait été déplacée pour l’occasion. Et pour marquer le coup, on a fait avancer la locomotive en question... d’une dizaine de mètres à peine.

Et pour ajouter à l’ironie de la situation, c’était une locomotive seule, sans wagons.

Éditorial

Les rouges et leurs habits verts

Éditorial / C’est une drôle de semaine pour les libéraux de Justin Trudeau sur le plan environnemental. Ils ont dû donner le feu vert à l’expansion du pipeline TransMountain, un geste qui détonne certainement pour un gouvernement qui se veut sensible aux changements climatiques et à la protection de l’environnement.

Parce qu’on sait que de telles questions seront au cœur de la prochaine campagne électorale, on commence à voir les partis revêtir leurs habits verts.

Opinions

Lutter contre la «médiaphobie»

ÉDITORIAL / Il paraît que la rencontre de consultation qui s’est tenue à Saint-Édouard-de-Maskinongé mardi soir concernant la situation de la municipalité et les perspectives de développement s’est bien déroulée. Il paraît. Parce qu’il n’y a pas de moyen de valider cette impression qui est celle du maire de la place, Réal Normandin. Le monsieur ne voulait pas que les journalistes puissent assister à cette rencontre publique.

Il y a encore de l’éducation à faire auprès de certains de nos élus pour leur apprendre ce qu’est le droit du public à l’information.

Opinions

Une lueur d’espoir pour les Forges

ÉDITORIAL / La démarche est presque en train de passer inaperçue mais elle pourrait être une lueur au bout du tunnel pour le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice. Depuis le temps que ce site exceptionnel est pratiquement laissé à l’abandon, voilà qu’il semble y avoir une réelle volonté de lui redonner ses lettres de noblesse. Croisons les doigts pour que les bottines suivent les babines. Et pour que le portefeuille s’ouvre en conséquence.

Parcs Canada procède ces jours-ci à une importante opération de consultation pour élaborer le plan directeur décennal du lieu historique trifluvien. Un tel document doit fournir les orientations pour la protection des ressources culturelles et naturelles, l’expérience du visiteur, la diffusion externe et l’éducation du public.

Opinions

Hydro-Québec et ses millions

ÉDITORIAL / Quand Hydro-Québec annonce des travaux de réfection ou de réhabilitation majeurs en Haute-Mauricie, c’est toute une communauté qui pousse un grand soupir de soulagement. On se doute bien que l’impact d’un chantier de 600 millions $ est majeur sur l’économie de La Tuque et de ses environs et en ce sens, l’annonce faite par la société d’État lundi est une excellente nouvelle.

Vraisemblablement, le courant semble de nouveau passer entre le maire de La Tuque et les dirigeants d’Hydro-Québec. Le maire Tremblay, qui ne s’était pas gêné pour exprimer son mécontentement quant à la qualité et la stabilité du réseau en Haute-Mauricie et quant à l’absence d’une équipe permanente de monteurs de ligne à La Tuque, avait provoqué un certain ras-le-bol chez les dirigeants d’Hydro-Québec. On assistait, jusqu’à tout récemment, à un dialogue de sourds.

Opinions

Tempête dans un verre d’eau

ÉDITORIAL / Les patrouilleurs de l’eau de Trois-Rivières devront être aux aguets cet été. Des Trifluviens frustrés ont l’intention de mettre à rude épreuve la nouvelle réglementation qui les empêche de laver leur automobile quand bon leur semble. Certains se cacheront dans leur garage pour échapper à la «police de l’eau». Les plus «audacieux» traverseront carrément chez leur voisin d’en face pour rafraîchir leur précieux véhicule quand la date au calendrier ne leur permet pas de le faire.

Les résidents trifluviens doivent désormais laver leur auto une journée sur deux selon les adresses civiques. Mais voilà, plusieurs résidents font part ces jours-ci de leur mécontentement. Ils trouvent que cette interdiction est «inéquitable», vise la mauvaise cible et brime leur «liberté individuelle».

Éditorial

Salut Gerry!

ÉDITORIAL / Ce n’est pas un simple citoyen qui s’est éteint en ce 13 juin 2019. C’est la mémoire sportive de toute une région qui vient de disparaître. Un homme toujours de bonne humeur, toujours prêt à donner un coup de main, qui laisse un vide immense derrière lui.

Éditorial

DPJ: lenteur dangereuse

ÉDITORIAL / Faut-il vraiment se surprendre de voir la DPJ Mauricie–Centre-du-Québec être une fois de plus la cible de doléances de la part d’un juge? Ce qui est davantage surprenant, c’est de constater qu’absolument rien n’est fait pour corriger la situation alors que se multiplient les manquements et les erreurs administratives qui menacent la sécurité de jeunes enfants de la région.

Opinions

ABI: avoir tort et raison

OPINIONS / Les instances syndicales impliquées dans le dossier de l’Aluminerie de Bécancour ont à la fois raison et tort. Elles ont parfaitement raison lorsqu’elles crient haut et fort que les sorties du premier ministre François Legault ont créé un déséquilibre dans leurs négociations avec la partie patronale. Par contre, là où elles font fausse route, c’est de le dénoncer en déposant une plainte à l’Organisation internationale du Travail. A-t-on vraiment besoin d’un autre litige alors qu’on est incapable de régler celui qui dure depuis un an et demi?

«Par ses déclarations visant à jeter un discrédit sur la position syndicale en la qualifiant à répétition de déraisonnable, le premier ministre est venu peser de tout son poids en faveur de la compagnie dans une négociation du domaine privé. Il a pris fait et cause pour la partie patronale», a justifié le directeur québécois du Syndicat des Métallos, Alain Croteau

Opinions

La santé d’Yves Lévesque

ÉDITORIAL / Tout le monde se demandait si quelqu’un allait oser s’aventurer sur ce terrain glissant. C’est maintenant chose faite! Peut-on mettre en doute le congé de maladie d’une personne pour se faire du capital politique? Dans la tête du chef du Bloc québécois, la réponse est malheureusement oui.

C’est lors d’une activité de financement de l’association locale qu’Yves-François Blanchet a franchi, cette semaine, cette ligne très mince qui sépare la vie privée et celle publique d’un politicien. «Il a plus de questions à répondre sur la chance qu’il a d’être malade au bon moment et de ne plus l’être quand ce n’est plus le temps...», a-t-il lancé en parlant du congé de maladie qui a finalement forcé Yves Lévesque à démissionner de son poste de maire de Trois-Rivières. Quelques heures plus tard, Blanchet en remettait sur les ondes du 106,9. Alors qu’on lui demandait s’il doutait qu’Yves Lévesque avait démissionné pour des raisons de santé, il a froidement répondu qu’il trouvait cela «dangereusement commode».

Opinions

Cirque du Soleil: virage réussi

ÉDITORIAL / C’est maintenant devenu une tradition. Chaque année, lorsque la Corporation des événements s’apprête à dévoiler l’identité de l’artiste ou du groupe québécois qui fera l’objet d’un hommage du Cirque du Soleil, tout le monde y va de sa petite prédiction. Pour l’été 2019, les noms de Diane Dufresne, Jean-Pierre Ferland, Harmonium, Gilles Vigneault, Offenbach et Ginette Reno avaient été avancés pour servir d’inspiration à la cinquième saison de cette série hommage dédiée aux artistes qui ont marqué le Québec avec leur musique.

Mais voilà, l’équipe de Steve Dubé a décidé de prendre une tout autre direction et elle ne doit sûrement pas le regretter aujourd’hui. En optant pour Les Cowboys Fringants, les dirigeants de la Corporation des événements se sont dégagés d’un carcan historique dans lequel ils s’étaient légitimement alignés au début de l’aventure, il y a quatre ans. Ce choix plus contemporain leur permet aujourd’hui d’envisager la prolongation de cinq ans récemment signée avec le Cirque du Soleil avec une approche plus polyvalente, moins restrictive.

Opinions

Les Aubin à l’attaque

ÉDITORIAL / C’est visiblement à deux Aubin qu’Yves Lévesque aura affaire dans sa course pour devenir député fédéral de Trois-Rivières. Preuve que l’ex-maire de Trois-Rivières devra surveiller ses arrières et éviter les faux pas d’ici le scrutin du 21 octobre prochain.

C’est via son compte Facebook que Jean-François Aubin s’en est pris à Yves Lévesque à la fin de la semaine dernière. Il lui a notamment reproché de ne pas avoir respecté l’engagement qu’il avait fait lors de la campagne électorale de 2017 à l’effet qu’il allait compléter son mandat s’il était réélu. On connaît la suite: Lévesque s’est heurté à un nouveau conseil de ville moins facile à contrôler, il est parti en congé de maladie, a démissionné… puis est récemment revenu dans le portrait en tant que candidat conservateur.

Opinions

Décalage philosophique

ÉDITORIAL / Imaginez un instant si ça vous arrivait. Un bon jour, des individus débarquent chez vous, s’installent sur votre terrain, vous jettent dehors et commencent à liquider ce qui vous appartient. Ce qu’on vous reproche est un peu vague, mais cela ne les empêche pas de faire ce qu’ils veulent chez vous.

C’est à cette frustrante réalité qu’est confronté le propriétaire de Zoo de Saint-Édouard, Normand Trahan, et aucune instance supérieure ne semble être en mesure d’intervenir pour à tout le moins clarifier la situation avant de littéralement rayer de la carte cet important site touristique de la Mauricie. C’est en conférant des pouvoirs excessifs à un organisme militant et non objectif que les autorités judiciaires et politiques se font complices d’une charge à la fois discutable et préjudiciable.

Opinions

Changement de garde touristique

ÉDITORIAL / On assiste à un véritable changement de garde dans le monde de la gestion des grands événements touristiques de la Mauricie. Des souliers seront énormes à chausser, mais il faut voir dans cette nouvelle réalité une belle occasion de mettre en place des instances administratives plus jeunes et, surtout, de resserrer les liens entre les forces vives du tourisme régional.

À Shawinigan, l’arrivée de la belle saison coïncide avec l’entrée en scène officielle de la succession de Robert Trudel à la Cité de l’énergie. Tout un défi pour Sandie Letendre qui a succédé à l’homme fort de Shawinigan à la fin de l’année 2018. On le sait, le règne de M. Trudel s’est terminé de façon abrupte à la suite d’allégations de comportements et de propos inappropriés de nature sexuelle. Mais au-delà de ces événements, Robert Trudel a fait de grandes choses pour Shawinigan. Il avait surtout un nombre impressionnant de contacts et une connaissance pointue des programmes qui lui ont toujours permis de faire progresser l’important site touristique shawiniganais.

Opinions

Le grand retour d’Yves Lévesque

ÉDITORIAL / C’est maintenant officiel: Yves Lévesque est de retour! Il faut dire que la résurrection de l’ancien maire de Trois-Rivières au beau milieu de la course à sa propre succession avait laissé bien peu de doutes sur les intentions qu’il avait quant à son avenir politique. La victoire de Jean Lamarche, qui se présentait comme étant le candidat de la continuité, lui aura finalement donné cette ultime poussée dans le dos vers une candidature en politique fédérale.

Visiblement, Yves Lévesque bénéficie encore d’un important bassin d’admirateurs. Son entrée en scène lors de la dernière campagne à la mairie a eu un impact majeur à quelques jours du vote. Est-ce que son intervention a eu une incidence sur le résultat final? Les opinions divergent sur la question. Chose certaine, le vieux routier a clairement démontré que ses problèmes de santé étaient réglés et qu’il était prêt pour aller à la guerre. Un véritable miraculé.

Opinions

Andrew Scheer et la mauvaise foi

ÉDITORIAL / Les conservateurs d’Andrew Scheer jouent une fois de plus la carte de l’alarmisme, du sensationnalisme et du populisme de bas étage dans le dossier de l’aide financière gouvernementale aux médias d’information. En dénonçant la composition du groupe indépendant d’experts qui décidera des critères d’admissibilité aux nouvelles mesures fiscales, le chef lui-même s’abaisse au même niveau d’ignorance que celui de certains de ses députés qui avaient vu dans ces mesures rien de moins que la tentative, par Justin Trudeau, d’acheter les journalistes en prévision de la prochaine campagne électorale.

Déjà, on nageait dans le délire. C’était en novembre dernier, peu après l’annonce du ministre des Finances Bill Morneau concernant une aide fédérale aux médias. De voir une députée comme Michelle Rempel – qui a pourtant une feuille de route appréciable – prendre la parole dans une vidéo pour dire que la liberté d’expression au Canada était en train de mourir et que l’aide à la presse allait avoir pour effet de transformer tous les reportages en demandes de subventions.