Le ministre de l'Agriculture Pierre Paradis et Marcel Groleau, président de l'Union des producteurs agricoles. Lors du congrès, M. Groleau n'a pas caché son insatisfaction à l'égard du ministre.

Écoutez-nous!

Lettre au caucus des députés libéraux de la Mauricie. 
Au sortir du congrès général de l'Union des producteurs agricoles du 2 décembre dernier, nous, présidents de l'UPA Mauricie et des syndicats locaux des secteurs des Chenaux, de Maskinongé et de Haute-Mauricie, estimons que le ministre de l'Agriculture, Pierre Paradis, se fout éperdument du développement de notre secteur au Québec; il n'est même pas en mesure de réaliser que ce secteur d'activités économiques est un moteur puissant pour le développement de notre province. 
En effet, lors de son allocution sur le parquet du congrès, le ministre Paradis n'a pas donné l'ombre d'une conscience sensible à la réalité agricole. Qui plus est, il s'est montré arrogant devant des délégués qui sont demeurés froids devant son allocution.
À cette occasion, le ministre était amené à commenter le manifeste coécrit par le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) et l'Union des producteurs agricoles publié le 30 novembre dernier. Ce manifeste demande clairement au gouvernement québécois d'inscrire le secteur agroalimentaire parmi les stratégies de développement économique prioritaires du Québec. 
Malgré des attentes claires par rapport aux volontés des acteurs du milieu agricole pour l'essor de ce secteur économique vital de la province, le ministre Paradis a donné droit à une sortie vaseuse, ambigüe, revenant toujours à la langue de bois. 
Tout ce qu'il peut promettre à des gens d'affaires ayant du coeur à l'ouvrage c'est encore un sommet sur l'agroalimentaire pour 2016. Le ministre aurait tout avantage à écouter les gens de terrain qui connaissent les réalités, au lieu d'étirer le temps en consultation quand les réponses sautent aux yeux.
Personnes d'autres que nous, les producteurs agricoles, ne peuvent témoigner des problématiques que nous vivons, et ce n'est certainement pas des bureaucrates et des consommateurs triés sur le volet qui sauront apporter de vraies solutions aux problèmes de l'agriculture et de l'agroalimentaire au Québec. D'ailleurs, nous sommes disposés à rencontrer les députés et le ministre lui-même pour expliquer une fois de plus notre réalité.
Positionner l'agriculture et l'agroalimentaire comme un axe stratégique de développement est primordial pour faire face aux marchés mondiaux qui frappent à nos portes. Il faut de plus être opportuniste pour ces mêmes marchés qui s'ouvrent à nous.
Le gouvernement doit donc comprendre qu'un plan doit être développé afin de maximiser l'efficacité des actions qui devront être déployées dans les prochains mois. Plus encore, nous n'effleurons pas les problèmes de l'accession aux terres, de la relève agricole, du bien-être animal, les nouvelles réglementations des pesticides, etc., des problèmes tout aussi criants pour le secteur agricole présentement.  
Nous vous invitons, députés libéraux de la Mauricie, à consulter le Manifeste pour une stratégie québécoise de l'agroalimentaire à l'adresse http://bit.ly/1SMEhFF
Peut-être pourrez-vous ainsi apporter quelques éléments de solutions au ministre qui demeure de glace aux demandes de l'industrie agricole et agroalimentaire. Nous vous savons sensibles à ces secteurs d'activités, car le développement économique de la Mauricie a trop à souffrir si nous les délaissons.  
Les producteurs de la Mauricie, ceux-là mêmes que nous représentons, remettent sérieusement en doute les compétences du ministre Paradis et le somment d'agir dans l'intérêt de l'industrie. Le gouvernement doit se montrer responsable et s'assurer que le plus grand joueur de son économie primaire, l'agriculture, soit entendu. 
Il en va de la santé de nos ruralités et du développement endogène du Québec. Que le gouvernement gouverne!      
Jean-Marie Giguère
président
Fédération de l'UPA de la Mauricie
Stéphane Allaire
président 
Syndicat de l'UPA des Chenaux
Martin Marcouiller
président 
Syndicat de l'UPA de Maskinongé
Monica Olschinski
présidente 
Syndicat de l'UPA de Haute-Mauricie.