Donald Trump

Donald Trump sur la voie de la destitution!

Donald Trump ne manque pas d'énergie pour son âge: 70 ans tout de même! Mais il n'a pas compris qu'il n'était plus candidat républicain; qu'il était maintenant le président de tous les Américains!
Trump n'a pas lâché le comportement de son Reality show (The Apprentice) ou du temps où il organisait des spectacles de lutte où il montait sur la scène pour frapper, d'une manière factice, son adversaire à coups de poing. Il fait de la politique avec la même stratégie de game maker et de risk taker qui lui a valu son succès comme homme d'affaires. Mais il est maintenant chef d'État!
Très critique à l'endroit d'autrui, il n'a cessé de démontrer un vif mépris à l'endroit de Barack Obama, comme si Obama n'avait pas d'adeptes aux États-Unis. Les seuls groupes qui semblaient avoir sa faveur étaient les membres des Forces armées, du CIA et du FBI! Mais il vient de perdre l'appui du FBI en congédiant son directeur Comey sous un fond d'enquête dont il était lui-même potentiellement accusé.
Cela s'est fait sous l'angle des voltefaces connues de Donald Trump! Un jour il congédie Comey parce que le procureur général Rosenstein le lui avait demandé. Le lendemain il déclare que sa décision était prise de longue date bien avant la nomination de Rosenstein! Passons vite sur le fait qu'il invite dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche le controversé ambassadeur Kislyak et le ministre des Affaires étrangères soviétique Lavrov, avec des journalistes russes, sans en dire un mot à la presse américaine.
Les journalistes américains, parmi d'autres, furent scandalisés d'en être informés via Moscou, dans un contexte qui laissait présager que Trump, lors de ladite rencontre, en avait trop dit. Tout cela fut apparemment la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Quelques jours plus tard, Rosenstein nommait un enquêteur spécial avec de larges pouvoirs, dont celui d'interroger le président et de recommander sa destitution.
Donald Trump est une école de management vivante dans la mesure où il permet de comprendre les modes de déstabilisation d'une organisation. Ses propos sont abondamment teintés de spontanéité et d'émotivité. Tout cela le rend imprévisible. Mais lorsqu'on sème le vent, on récolte la tempête. Par conséquent, il crée de l'inconfort, ce qui accentue le clivage déjà installé chez les Américains!
Trump a oublié que les comportements des gens sont en relation avec les marques d'attention qu'ils reçoivent. Il déclarait finalement: «Aucun président n'a été traité aussi cruellement que je le suis»! Au fond, les personnes qu'il a blessées lui rendent simplement sa propre dureté!
Trump s'est placé lui-même sur la voie de la destitution dans une enquête qui risque d'être complexe sur le rôle de la Russie dans son élection et sur son apparente initiative d'obstruction de la justice! Sa présidence, si elle parvient à se maintenir, ne sera plus la même car cette enquête va probablement hanter ses journées comme ses nuits!
Jean-Claude Bernatchez, Ph. D.,
Professeur titulaire,
Université du Québec à Trois-Rivières