Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Diane Dufresne explose

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / À la page frontispice de l’édition du jeudi 4 décembre 1980 du Nouvelliste, René Lord écrit un papier fort élogieux à propos de ce qu’il a vu la veille à la salle Thompson, un papier qui a opportunément pour titre «Diane Dufresne explose».

Notons que la revue Croc se moquera un peu de ce titre mais celui-ci était justifié.

Le journaliste et critique de spectacles raconte que c’est à Trois-Rivières, en province, ironise-t-il un peu, que la diva est venue, en fait, roder le spectacle qu’elle va donner le lundi 8 décembre suivant au Forum de Montréal, spectacle qui va faire l’unanimité et que, pour ma part, j’ai alors le plaisir de voir, étant étudiant à ce moment-là dans la métropole.

Diane Dufresne? On a appris en novembre dernier que sa vie sera portée à l’écran dans un film produit par Christian Larouche à qui l’on doit des films comme Louis Cyr et Le mirage.

J’ai eu le plaisir au début de l’année 1974 de voir au Capitol de Trois-Rivières, future Salle Thompson, le fameux spectacle initial de la Diane Dufresne métamorphosée et intitulé Tiens-toi bien j’arrive qui a tout de suite subjugué la critique. Le spectacle contenait l’Opéra-Cirque, sorte de trip d’acide que le duo Luc Plamondon-François Cousineau lui avait concoctée.

René Homier-Roy qui voit ce spectacle le 9 août 1974 au Patriote de Sainte-Agathe s’exprime ainsi: «C’est un diable, un monstre, un clown tout droit sorti d’une boîte à surprises, une Martienne, une folle. C’est une amoureuse, une commère, une force de la nature, une femme. C’est une intensité démesurée, une énergie redoutable, une présence énorme, écrasante, et une honnêteté, aussi, et face au public le plaisir d’être là et de lui faire plaisir.»

Sachons que sur YouTube, il est possible de voir 24 minutes de ce spectacle alors capté au Centre culturel de Drummondville. Il semble bien qu’il n’y ait pas d’autres captations que celle-ci. Ça se termine sur la chanson En écoutant Elton John; une envolée absolument extraordinaire.

Réjean Martin
Trois-Rivières