Les élus de l'Assemblée nationale, observant une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat de la mosquée de Québec.

Deux poids, deux mesures?

Contrairement à ce qui s'est passé à la mosquée de Québec, avec le rassemblement des premiers ministres du Canada et du Québec, des députés de chaque formation politique, tant du fédéral que du provincial, ainsi que des maires de Montréal et de Québec, avez-vous vu pareil rassemblement lors de la fusillade à l'endroit de Pauline Marois et des membres du Parti québécois, qui a coûté la vie à Denis Blanchette et rendu possiblement invalide Dave Courage?
Aucun politicien des autres formations ne s'est levé pour dénoncer cet acte terroriste, sinon pour dire que c'était un acte isolé provenant d'un déséquilibré.
Il n'y a eu aucun sentiment de culpabilité envoyé comme signal, par nos élus tant du fédéral que du provincial et municipal, envers la communauté anglophone.
Personne n'a accusé la communauté anglophone d'être une communauté raciste, xénophobe, haineuse et animée d'un sentiment anti-francophone.
J'aimerais bien que les fédéralistes soient un tant soit peu plus respectueux envers les nationalistes québécois et qu'ils arrêtent les amalgames de mauvais goût.
Ça donne à croire qu'il y a deux poids, deux mesures dans notre société actuelle.
Jean Meyers
Trois-Rivières