Courage politique vous dites?

En réaction à l'éditorial de Stéphan Frappier «Courage politique» publié samedi.
Lors de la campagne électorale de 2009, le parti municipal Force 3R s'est retrouvé trempé dans le paysage politique. Nous avions un brave candidat prêt à défendre les couleurs du parti contre le maire Lévesque. Avec tout son courage, sa fougue, sa détermination et son désir de consulter les citoyens de Trois-Rivières, André Carle a affronté sans peur un Yves Lévesque trop confiant.
Au début, le maire sortant trouvait superflu de faire campagne, prenant le tout à la légère, il voulait même partir en vacances... Lorsqu'il a senti le tapis se dérober peu à peu sous ses pieds à cause d'un André Carle déterminé et présent partout, Lévesque s'est empressé d'emboîter le pas.
Contrairement à ce que vous avancez, André Carle avait du panache dans son style. Où étaient passés les braves dont vous faites mention dans votre éditorial? Personne ne s'est pointé en première ligne, car, en 2009, tout le monde tremblait devant Yves Lévesque qui faisait la pluie et le beau temps. Monsieur Carle a exposé plus qu'un panache anatomiquement parlant. Oui, il est allé au front de façon courageuse.
J'avance même que si nous avions eu les mêmes moyens financiers dont disposait Yves Lévesque, soit le Cirque du Soleil au coût de plus d'un million $, nous aurions remporté la mairie.
Force 3R a tout à donner aux citoyens et le maire a tout intérêt à réfléchir sur son avenir politique...
Carolle Souline
directrice des communications
Force 3R