Nancy Houle et Jonathan Bisson ainsi que leurs fils, Jacob et Loan, ne peuvent plus retourner dans leur maison du rang des Lahaie.

Courage aux évacués!

J'ai été très touché par l'évacuation de votre maison à la suite du glissement de terrain. Ça m'a fait penser à l'éboulis du 7 mai 1898 à Saint-Thuribe, dans le comté de Portneuf.
Ce matin-là, la minuscule rivière Blanche engloutit des arpents et des arpents de terre, emportant avec elle granges et maisons. Un jeune homme de 14 ans sauve in extremis son frère de deux ans, juste avant que la maison sombre dans l'abîme avec sa petite soeur de 7 ans qui y perdra la vie. Ce petit bambin sauvé, c'est mon grand-père, Antonio Douville.
Je vous écris cela pour vous encourager. Cette épreuve a forgé le caractère de plusieurs générations, elle l'a forgé de façon positive malgré la peine énorme et la douleur de l'instant. Cet éboulis de 1898 coule encore dans mes veines, car je sais qu'ils ont tout rebâti et qu'ils ont remonté la pente, alors qu'un énorme trou béant qui leur avait volé une fille les défiait du regard.
Nancy et Jonathan, vos enfants seront différents à jamais maintenant, rendus plus forts devant l'adversité. Vous aussi. Je vous souhaite le meilleur pour l'avenir. Bon courage encore!
Yvon Douville
Bécancour