CHSLD: petites mises au point

En réponse à la lettre de Serge Gagnon intitulée «L'hypocrisie syndicale», publiée dans notre édition du jeudi 26 janvier.
J'aimerais, en réponse à M. Serge Gagnon, émettre une réponse des plus «tonitruantes».
Premièrement, contrairement à ce que dit M. Gagnon, il n'y a pas de vieillards ou personnes âgées qui sont laissés délibérément par terre comme vous semblez le croire.
La seule raison, c'est que le personnel n'a pas vu ce résident, et ce, parce qu'il est ailleurs (dans une autre chambre). Vous croyez vraiment qu'on laisse le résident par terre lorsqu'on le voit? Belle opinion!
Deuxièmement, lorsque vous dites que les syndicats font passer leurs intérêts avant la sécurité des résidents, réfléchissez quelques minutes à ce que vous dites, sérieusement. Le fameux «honte à vous» que vous écrivez en conclusion n'est pas du bon côté.
Dernier point, pour la «bande de sans-coeur» que nous sommes à vos yeux, je vous mets au défi de travailler en CHSLD avec le personnel sur non pas un mais les trois chiffres d'un 24 h et vous verrez que les sans-coeur ne sont pas ceux que vous croyez.
Serge Van Gyte
Infirmier auxiliaire retraité
Trois-Rivières