Le directeur de l'information du Charlie Hebdo, Charb.

Cet attentat nous vise également

En premier, une pensée profonde et respectueuse aux familles des victimes de l'assassinat de journalistes de Charlie Hebdo. Pourquoi s'attaquer à la presse et à son institution? La réponse n'est pas une et seule, mais un amalgame de raisons.
La presse est génératrice de nos opinions, de nos connaissances et de notre culture. Il serait fastidieux de décrire et de définir la presse. Mais c'est certainement un pilier de notre démocratie, un porte-drapeau de toutes nos libertés.
La presse est alimentée bien souvent par des gens qui, au risque de leur vie, nous informent. Cette information nous l'analysons, nous l'évaluons et cela nous permet de nous forger une opinion et un jugement. La presse est une fenêtre ouverte sur le monde, elle nous porte aux antipodes pour nous informer. La presse ne s'impose pas, effectivement, il y a plusieurs tendances et opinions, ce qui nous offre le choix d'un panel d'opinions diverses et multiples. S'attaquer à la presse de façon aussi virulente, c'est faire preuve d'un acte irresponsable. C'est s'attaquer avec virulence à l'opinion du peuple, c'est tuer l'information. Museler la presse, c'est tuer l'intelligence humaine, retourner à l'ère de l'ignare et de l'idiotie. C'est faire fi de la morale et de la philosophie. C'est un retour vers le néant et le nihilisme.
Alors, il faut soutenir et défendre l'opinion et la presse. Il faut s'élever avec véhémence contre tout acte de violence à l'égard de la presse. Pas de presse, pas de démocratie. Ce qui vient de se passer est plus qu'un attentat visant ce journal Charlie Hebdo, c'est un attentat nous visant tous.
Denis Dumoulin
Nicolet