C'est pas des farces...

J'avais déjà écrit un petit texte là-dessus, mais je n'avais pas, à ce moment, de chiffres à vous mentionner, car je n'en avais pas trouvé.
J'avais déjà écrit un petit texte là-dessus, mais je n'avais pas, à ce moment, de chiffres à vous mentionner, car je n'en avais pas trouvé.
Tout comme moi, vous allez probablement trouver ça choquant. Je vous laisse le soin de juger cela à votre goût. J'ai vu un petit article dans le Journal de Montréal du 25 mai 2017, qui s'intitulait: «La facture pour les contribuables grimpe encore». Quand j'ai lu cela, je suis venu carotté rouge et vert...
Vous avez sûrement entendu parler ou lu que des milliers de fonctionnaires fédéraux n'avaient pas eu de paye en raison d'un fiasco du système de paye Phénix. 
C'est bien plate pour eux, mais bien écoeurant en mon sens de lire que des centaines de fonctionnaires sont plongés dans une «situation financière précaire». Oui, vous lisez bien... Nous, les bénéficiaires de l'aide sociale et de l'assurance-chômage, devrions vivre cela comment?
Voici des chiffres à faire pleurer. Je lis et j'écris intégralement ce que je vois: «Le gouvernement fédéral injecte 142 millions $ supplémentaires pour réparer le fiasco du système de paie Phénix, faisant grimper la facture pour les contribuables canadiens à plus de 330 millions $, soit plus que le coût de mise en oeuvre lui-même». 
Cela pourrait-il dire qu'on s'est encore fait avoir par notre gouvernement? Je n'ai pas fini et je vous en donne un autre petit coup. 
Il est aussi écrit que: «le gouvernement Trudeau a annoncé mercredi que l'argent servira principalement à embaucher quelque 200 spécialistes dans les deux prochaines années pour traiter les milliers de cas de fonctionnaires aux prises avec de sérieux problèmes de paie».
Comme c'est déjà arrivé fréquemment dans le passé, le gouvernement accuse le parti qui était là avant, et le parti qui était au pouvoir avant accuse celui qui lui a succédé. Mais, cela, je m'en fous éperdument. 
Tout ce que je sais, c'est que c'est encore vous et moi qui allons payer pour leurs «gaffes».
Semblable au chien, ça donne le goût de chiquer et de défaire de vieilles pantoufles... vous ne trouvez pas?
Claude Béland
Notre-Dame-du-Mont-Carmel