Ces «hommes qui savent tout»...

En réaction à la lettre de Mme Joane Desaulniers intitulée «Ils sont mes voisins, mes amis», publiée dans notre édition du samedi 14 juillet.

Imaginez-vous à l’extérieur de votre maison, sur votre terrain et vos enfants qui jouent à quelques mètres de vous. Puis arrivent les «hommes qui savent tout». Ces hommes vous disent qu’ils amènent vos enfants afin de les instruire et leur procurer une meilleure vie.

Vous protestez en leur disant que vous instruisez déjà vos enfants avec vos valeurs, vos coutumes et vos traditions. Les «hommes qui savent tout» vous disent que le gouvernement vous rétribuera pendant l’absence de vos enfants. Quelques menaces et promesses et vous laissez partir vos petits. Vous êtes bien malheureux et vos enfants aussi. Les «hommes qui savent tout» s’assurent que vos enfants ne parleront plus votre langue et s’assureront que les petits moutons entrent conformément dans le troupeau. Ils enseigneront une nouvelle langue à vos enfants, de nouvelles valeurs, de nouvelles coutumes et de nouvelles traditions.

Vous êtes toujours malheureux d’être séparés de vos enfants et vos enfants veulent retourner dans leur famille. Puis, les «hommes qui savent tout» vont vous déloger de votre territoire en vous promettant de bien belles choses. Vous ne voulez pas de nouvelles choses étant satisfaits de votre sort et votre façon de vivre.

Pour ajouter à votre chagrin, vous apprenez que vos enfants subissent des sévices physiques et moraux. Malheur vous fasse. Les «hommes qui savent tout» sont plus puissants que vous et le gouvernement les supporte et les encourage. Quelques petits enfants réussiront à s’enfuir avec des souvenirs douloureux de leur séparation obligée.

Séparés ainsi de vos enfants, vous vous demandez ce que vous avez fait de mal pour être ainsi traités. Les «hommes qui savent tout» vous ont chassé de votre territoire, se sont accaparés vos biens les plus précieux, vos enfants. Ils les endoctrinent avec leurs discours, la religion, coutumes et traditions.

C’est ainsi que je comprends la vie des Premières Nations. Cette page d’histoire m’attriste et me serre le cœur. Le premier ministre du Canada, jouant à la vedette sur la planète, oublie le triste sort que nous avons réservé aux Premières Nations, préférant accueillir à bras ouverts les immigrants «illégaux». Est-ce que le but d’encourager les immigrants illégaux, et je répète, illégaux, est de s’assurer de leurs votes aux prochaines élections fédérales? Quelle hypocrisie dans cette ouverture!

Plusieurs élus se questionnent sur la façon d’accueillir et de loger ces immigrants illégaux. Au Canada, dans les Territoires du Nord-Ouest, cette terre d’Amérique qui appartient au Canada, les Premières Nations sont souvent laissées à elles-mêmes. Il serait plus humanitaire de s’occuper avec respect de tous nos citoyens canadiens.

Après tout, leurs vies et leurs votes sont importants aussi.

Anne-Sylvie Duquette

Saint-Boniface