Les préoccupations environnementales sont au cœur de la présente campagne électorale.

Votons en ayant en tête l’avenir de nos enfants et la préservation de notre planète

OPINIONS / Il y a maintenant un peu plus d’un an, 37,4 % des Québécois votaient pour un candidat ou une candidate de la Coalition Avenir Québec, donnant ainsi le pouvoir au parti politique ayant la plateforme environnementale la moins élaborée parmi tous les partis en lice. On peut même parler d’une plateforme environnementale inexistante de la part de la CAQ.

La campagne électorale de septembre 2018 avait pourtant fait une large part à l’environnement. En effet, la question environnementale est devenue incontournable dès que la population a réclamé que les politiciens en parlent et répondent à leurs préoccupations. Québec solidaire s’est rapidement placé en tête de peloton en mettant de l’avant son ambitieux plan de transition énergétique dès le début de la campagne électorale.

Aujourd’hui, les enjeux environnementaux sont de nouveau à l’avant-scène.

Cette fois, ce sont les jeunes qui nous parlent, à nous leurs aînés, nous exhortant à prendre en main la dette environnementale que nous accumulons et sommes en voie de leur laisser. Ils nous demandent d’écouter les experts et d’agir rapidement.

Le 21 octobre prochain, jeunes et moins jeunes seront appelés à élire un nouveau gouvernement fédéral.

Cette fois, il ne faut pas manquer l’occasion de voter pour un parti politique pour lequel l’environnement est une priorité. Un parti, un candidat ou une candidate pour qui la protection de notre environnement est plus que de bonnes intentions.

La Mauricie, le Centre-du-Québec et Maskinongé ne sont pas épargnés par les bouleversements climatiques.

Pensons aux inondations de 2017 et 2019; pensons aux sécheresses qui affectent notre agriculture et les réserves d’eau de certaines municipalités.

Avant d’aller voter, pensons à la lutte acharnée que plusieurs citoyens ont menée afin de contrer le passage de l’oléoduc «Énergie Est».

La région de la Mauricie n’est pas à l’abri de la volonté de certains partis politiques qui annoncent déjà qu’ils nous enfonceront leur pipeline dans le sol… et dans la gorge.

Le 21 octobre 2019, j’invite tous les citoyens et toutes les citoyennes de la Mauricie et du Centre-du-Québec à exercer leur droit de vote en ayant en tête l’avenir de nos enfants et la préservation de la planète que nous leur laisserons en héritage.

Simon Piotte

Saint-Paulin