Vivement un réseau Internet efficace pour tous

OPINIONS / L’auteur, Martin Champoux, est député de Drummond à la Chambre des Communes. Il est le porte-parole du Bloc québécois en matière de communications.

La crise que nous traversons présentement met en évidence notre dépendance aux technologies de télécommunications que sont Internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire.

Il y a au Québec des dizaines de milliers de foyers qui ont accès à un réseau dont les performances ne permettent même pas de tenir une visioconférence ou d’avoir accès aux services en ligne du gouvernement. En 2020, plusieurs sont carrément privés de tout accès Internet.

En tant que porte-parole en matière de communications pour le Bloc québécois, je me suis engagé auprès des Québécois à faire avancer cet enjeu important. Tous s’entendent sur le fait que les échéanciers actuels ne répondent pas à la réalité et à l’urgence de brancher le Québec. Des exploitations agricoles, des entreprises, des travailleurs autonomes et même souvent des services d’urgence sont pénalisés par cette situation. Il est impensable que les régions du Québec ne puissent pas disposer des mêmes chances de prospérité et de développement économique que les centres urbains.

L’annonce faite cette semaine par Bell selon laquelle des dizaines de milliers de foyers seraient reliés à un réseau Internet à large bande beaucoup plus rapidement que prévu est encourageante. Cela témoigne du fait que le gouvernement fédéral reconnaît qu’il est urgent d’agir et qu’il prend des mesures auprès des grandes entreprises de télécommunications pour accélérer les choses.

Il s’agit certes d’un pas dans la bonne direction, mais il reste énormément à faire pour que tous puissent jouir d’une connexion efficace, tel que le gouvernement s’est engagé à le faire.

Rapprocher les échéanciers, rehausser la qualité des infrastructures déficientes, faciliter l’accès aux petits fournisseurs de services, et plus encore.

Je me réjouis de l’ouverture du ministre de l’Industrie, Navdeep Bains, qui m’a fait part de son intention de revoir ces programmes dès la fin de la crise afin de brancher 100 % des Québécois et des Canadiens à un réseau Internet à large bande dans les meilleurs délais possible. En ceci, je l’ai assuré de ma collaboration, parce qu’au Bloc québécois nous en avons fait un enjeu prioritaire.

Je suis convaincu que l’esprit de coopération dont le Bloc québécois fait preuve dans ses représentations auprès du gouvernement est le meilleur outil pour faire évoluer les choses et pour faire des gains pour le Québec et pour les Québécois.