Vision zéro: une décision responsable

Nous devons admettre au départ avoir un parti pris depuis longtemps face à l’implantation de mesures permanentes pour modérer la vitesse des véhicules qui circulent dans les quartiers résidentiels. Nous résidons dans un quartier qui a vu sa population augmenter de façon considérable au cours des dix dernières années. Malheureusement, le plan d’urbanisme de Ville incite les conducteurs à rouler beaucoup plus vite que la limite permise dans certaines rues, mettant ainsi la sécurité des usagers en danger.

Craignant pour leur sécurité, nous regardons passer des éducatrices du CPE et des gardiennes en milieu familial qui marchent quotidiennement dans les rues du secteur avec plusieurs petits bambins, sans parler des cyclistes et des piétons. Un accident arrivé en octobre 2017 à proximité de notre domicile a renforcé nos craintes. Une Honda Civic roulant certainement plus vite que la limite permise a embouti à contresens trois véhicules stationnés un derrière l’autre. Perte totale pour le premier véhicule qui a été poussé dans le second, causant à celui-ci près de 11 000 $ de dommages et terminer leur course dans le troisième en causant des dommages mineurs au pare-chocs.

Alors que des mesures de réduction de la limite de vitesse sont adoptées depuis quelques années dans de nombreuses municipalités au Québec, tant plus grandes que plus petites que Trois-Rivières, notre ville tardait à emboiter le pas. Enfin, nos élus, à la majorité des membres (9 pour et 4 contre) ont posé un geste responsable le 6 novembre dernier. Nous avons consulté le procès-verbal rédigé à la suite de l’adoption de cette résolution sur le site internet de la ville. On y décrit les démarches qui seront effectuées au cours des prochains mois et des prochaines années, notamment des forums et consultations afin que les gens s’expriment et puissent améliorer les propositions de la ville.

Trois-Rivières rejoindra ainsi d’autres villes québécoises qui ont fait le choix de sécuriser leurs rues en réduisant la vitesse sur leur territoire comme Montréal, Saint-Bruno-de-Montarville, Longueuil, Laval, Sainte-Thérèse, Saint-Jérôme, Stoneham, Donnacona et Saint-Étienne-des-Grès pour ne nommer que celles-là. De plus, certaines d’entre elles ont mis en place d’autres mesures pour ralentir les automobilistes, notamment des panneaux d’arrêts supplémentaires, dos d’ânes, entraves, avancées de bordures, etc. Pas de Vision zéro pour la majorité de ces villes mais l’effet est le même: des mesures concrètes prises pour sécuriser les rues de leur territoire.

La ville de Trois-Rivières a vu sa population croître de façon significative au cours des dernières années, augmentant par le fait même le nombre de véhicules qui y circulent. Elle a le devoir de sécuriser ses rues et ses quartiers. La Vision zéro produira dorénavant un développement urbain responsable en misant sur un environnement sécuritaire.

Nous félicitons le conseil pour sa vision future de notre ville.

Elaine Plamondon

Claude Gélinas

Trois-Rivières