Selon l’auteur, l’intention derrière la Vision zéro est noble, mais les résultats sont loin d’être assurés surtout pour un coût très élevé et le mécontentement d’une majorité de la population.

Vision zéro: un projet à réévaluer

Au départ, je tiens à préciser que la marche est ma façon privilégiée de me déplacer, suivi selon la saison de la bicyclette et de l’automobile. Je suis très au fait des comportements déviants dans ces trois catégories de déplacement; tout en soulignant que c’est une minorité de gens qui ont de tels comportements et qu’aucune réglementation ou amende n’a d’effet sur leurs actions.

Madame Mercure et monsieur Ferron, je comprends très bien les notions de physique qui décrivent que l’énergie transmise lors d’un accident tient compte de la masse du véhicule et de sa vitesse. Cependant, comme d’autres personnes l’ont mentionné dans Le Nouvelliste, je trouve que vous faites une règle de trois un peu simpliste des résultats attendus en réduisant la vitesse parce qu’il vous manque beaucoup d’indicateurs pour tirer de telles conclusions. Il faut, par exemple, avoir un portrait réel des vitesses des véhicules par secteur/artère, il faut aussi une analyse détaillée des causes d’accidents, est-ce à une traverse piétonnière, etc. Je me permets ces commentaires puisque j’ai été gestionnaire des risques et des mesures d’urgence pendant plus de trente ans autant dans le réseau de la santé que dans l’entreprise privée.

Entêtement. Je suis très surpris de votre entêtement malgré une réaction de la population en défaveur de votre projet parce que vous avez été de ceux qui ont critiqué monsieur Lévesque pour cette même raison: l’entêtement pour ses projets. À la différence que ses réalisations ont apporté une visibilité pour la ville de Trois-Rivières et ainsi attiré de nombreux touristes qui ont eu un impact majeur pour notre région. Ce n’est sûrement pas avec un billet d’infraction qu’ils reviendront parce qu’ils n’ont pas remarqué le changement soudain de la limite de vitesse.

Transparence questionnable. Nous n’avons pas beaucoup entendu parler de votre projet de réduction lors des élections. Il a fallu des réactions du public pour entendre parler d’une consultation. Monsieur Ferron est passé chez moi lors de la campagne électorale, je lui ai mentionné que j’étais un partisan des projets d’Yves Lévesque et lui ai demandé son avis à ce sujet, il m’a répondu qu’il désirait des réponses à ses questions, ce qui laissait sous-entendre que ce n’était pas le cas; je comprends mal que des citoyens ont dû faire des pressions pour avoir quelques réponses. Dans le cas de monsieur Lévesque, ses intentions étaient claires lors des élections et il a été élu avec le mandat de réaliser ses projets.

Coût du projet. Nous n’avons pas vu de coûts reliés à ce projet; fabrication et installation des nouveaux panneaux, campagne d’information, etc. On parle certainement de coûts en centaines de milliers de dollars. De plus, allez-vous engager de nouveaux policiers pour surveiller tous ces secteurs?

Lunettes roses. Il est peu réaliste de penser que la population va changer ses habitudes de conduite parce que la limite de vitesse est abaissée. Je reste près de l’école Cardinal-Roy et j’entends klaxonner presque tous les jours les chauffeurs d’autobus scolaire parce que des véhicules n’arrêtent pas aux signaux d’arrêt; pourtant qui peut prétendre ne pas connaître l’interdiction de dépasser un autobus scolaire lorsque ses lumières et panneaux d’arrêts sont en fonction? Les policiers donnent tous les jours des billets d’infraction pour la vitesse dans les zones scolaires, pourtant c’est aussi une réglementation très connue. Comme plusieurs l’ont déjà mentionné et par expérience professionnelle, la sensibilisation reste la meilleure façon d’amener un changement de comportement. Personnellement, lorsque je circule en auto dans un quartier résidentiel, je réduis ma vitesse en deçà de 40 km/h pour la sécurité des enfants même si j’ai la possibilité de rouler à 50km/h.

En conclusion, l’intention de ce projet est noble, mais les résultats sont loin d’être assurés surtout pour un coût très élevé et le mécontentement d’une majorité de la population.

Madame Mercure et monsieur Ferron, je pense qu’une reconsidération de ce projet dans sa forme actuelle s’impose.

Marc Brosseau

Trois-Rivières