Carabines et fusils de chasse sur un prsentoir dans un magasin de Toronto Hunting rifles and shotguns sit on the racks at Giovanni Interdonato's gun shop in Toronto Thursday December 5, 2002. An embarrassed Liberal government backtracked on a request for more funding to the bloated $1-billion gun registry Thursday, two days after the auditor general slammed the program for runaway spending. Armes feu, Rgistre. (CP PHOTO/Kevin Frayer) Toronto (Ontario) 5 dcembre 2002 Droits: La Presse Publie: 2006-06-19, A06--Texte:Nathalle Morissette/La Presse 2003-01-09, S15 2002-12-31, A5 Source: PC. Publie 2005-12-08 A14 Texte: Gilles Toupin. Publie 2006-09-14 A34 Forum.

Visez juste… et juste sur la cible!

En réaction à la chronique de David Goudreault intitulée «Des guns et des droits», publiée dans notre édition du 3 mars dernier.

Monsieur Goudreault, vous avez raison de dire que: «Posséder des armes à feu à la maison multiplie le risque de mortalité par balle, que ce soit lié à un crime, un accident ou à un suicide.»

Vous admettrez aussi que posséder un bâton de hockey, une automobile, un couteau de boucherie, une moto ou une corde à linge multiplie le risque de mortalité, que cette mortalité soit liée à un crime, un accident ou à un suicide.

Pourquoi j’associerais les objets précédemment mentionnés à la violence? Pourquoi alors associez-vous systématiquement les armes à la violence?

Vous avez raison de dire que: «Dès qu’un individu a une arme à feu dans les mains, les probabilités de voir cet individu l’utiliser de façon inappropriée sont considérablement augmentées. Vous admettrez aussi que dès qu’un individu a un bâton de hockey, une automobile, un couteau de boucherie, une moto ou une corde à linge dans les mains, les probabilités de voir cet individu l’utiliser de façon inappropriée sont considérablement augmentées.

Avez-vous déjà manipulé une arme à feu? Avez-vous déjà tiré sur une cible, à 25, 50, 100 mètres de distance, avec un pistolet, un révolver, un fusil ou une carabine? Savez-vous quelles sont les exigences légales au Canada pour posséder des armes, notamment des armes de poing? Avez-vous déjà assisté à une séance de tir à la cible avec des armes de poing? Avez-vous déjà tiré avec des armes de poing?

Monsieur, depuis près de 60 ans que je manipule ce genre d’armes; j’ai formé des centaines de chasseurs, de tireurs et d’amateurs d’armes et aucun ne s’est encore blessé lui-même ou n’a blessé qui que ce soit.

Pour votre information, permettez-moi d’énumérer ici – et sommairement – les exigences légales reliées à l’utilisation légale des armes de poing:

- un permis d’acquisition et de possession (ou de possession), délivré par la Gendarmerie Royale du Canada (GRC);

- une enquête de la GRC est effectuée préalablement à l’obtention de ce permis (dans mon cas, un collègue de bureau, deux voisins immédiats ont été consultés);

- un cours de maniement des armes;

- un cours sur le maniement des armes à autorisation restreinte;

- un cours concernant la Loi 9;

- posséder le certificat d’enregistrement de l’arme;

- être membre d’un club de tir;

- être membre de la Fédération québécoise de tir;

- se conformer à la loi sur l’entreposage des armes et munitions;

- utiliser un trajet raisonnable pour se rendre au club de tir;

- respecter rigoureusement les jours et les heures des séances de tir;

- se présenter annuellement au club de tir;

- signer le registre officiel du club de tir (heure d’arrivée, heure de départ, numéro d’enregistrement de l’arme, etc.

Voilà, monsieur, les exigences relatives au privilège (qui peut être retiré en tout temps!) que nous avons de pratiquer le tir à la cible.

Monsieur Goudreault, vous savez comme moi que les apparences sont souvent trompeuses; il y a des tas de jeunes (garçons et filles) qui se tuent et tuent d’autres personnes, ici même, au Québec, avec leur bagnole et très souvent, saouls au volant. Ils ne possèdent pas d’autres «armes» que leur «bagnole dopée à l’alcool»!

Je vous le demande très franchement, Monsieur Goudreault... Êtes-vous prêt à interdire le volant au moins de 21 ans, demain matin, au Québec? Prôner cette avenue vous demandera autrement plus de courage que «tirer» sur la cible idéale, que sont devenus les honnêtes et pacifiques propriétaires d’armes à feu.

Enfin, comme vous l’écrivez dans votre chronique: «certains individus peuvent posséder des armes («guns», automobiles, bâtons, couteaux…), mais tout le monde (NDA: nous aussi les utilisateurs d’armes!) a le droit de vivre en sécurité.»

Jean Paquette

Trois-Rivières