Urgent besoin de vision et de leadership au conseil trifluvien

OPINIONS / Je suis particulièrement inquiet actuellement de voir notre conseil de ville s’occuper lors de rencontres de travail (en vidéoconférence, on s’entend, distanciation oblige) sur des sujets comme encore et toujours l’obnubilation de la sécurité routière (ça reste à valider). Pourquoi n’entendons-nous pas parler de réunion d’urgence sur le budget ? Bon il est vrai que nous n’entendons pas parler de grand-chose…

Les dépenses consenties en décembre sont maintenant déjà d’une autre époque. La crise économique qui va sévir après la crise sanitaire devrait occuper le premier plateau de nos élus s’ils agissaient en bons gestionnaires.

Les projets, que ce soit celui mentionné ci-haut et autres du même genre, sont devenus beaucoup moins importants et même dérisoires, face aux difficultés que beaucoup de nos citoyens vont rencontrer en sortie de crise. Il ne faut pas se voiler la face dans ces circonstances afin d’affronter la situation telle qu’elle est.

Notre conseil devrait déjà travailler, planifier et nous renseigner sur leur plan de sortie de crise. Les impacts de leurs décisions comme par exemple d’avoir complètement balayé du revers de la main les efforts de la réingénierie de la ville sous l’administration précédente viendra certainement les hanter. La création de 42 nouveaux postes dans la dernière année dans les circonstances va venir peser lourd sur la suite des choses. Curieusement, j’ai soulevé ce point précis sur de nombreuses plateformes d’information, il y a plusieurs semaines où pourtant nos élus répondent régulièrement mais sur ce point, c’est le néant.

Les placottoirs, l’espace Badeaux, la plantation d’arbres, l’ajout d’une piste cyclable, et oui ils se regroupent tous sous la bannière «verte» mais ils sont loin d’être les seuls comme par exemple les multiples subventions, qui devront être réévaluées de façon très sérieuse. Sont-ils encore des sujets chauds en regard de ce qui s’en vient? Sont-ils encore nécessaires? Les priorités de la Ville et les nôtres seront-elles encore les mêmes qu’avant la crise?

Les membres de notre conseil de ville devraient être visionnaires non pas dans le sens d’où ils veulent amener notre ville pour le futur, mais ils devront être visionnaires et imaginatifs pour aider leurs concitoyens à passer à travers la seconde crise à venir qui ne sera pas plus facile que celle que nous vivons présentement. Le fardeau fiscal et leurs décisions seront très importants.

Ils devront être visionnaires dans la façon d’administrer, bien au-delà de la façon de dépenser l’argent qui ne leur appartient pas le moins du monde et devraient être imputables de leurs décisions. Il est tellement facile de dépenser l’argent des autres lorsque d’un coup de crayon ils n’ont qu’à augmenter notre fardeau fiscal.

Nos élus devront faire preuve de courage et agir comme des leaders, comme de vrais gestionnaires, ils devront revoir le fonctionnement de la Ville dans son ensemble. En seront-ils capables? Au premier regard, j’ai peur comme plusieurs observateurs impuissants que la réponse soit non. Ils devront agir de façon à ce que chaque dollar de nos taxes soit utilisé à son maximum de potentiel de façon à aider l’ensemble des citoyens de la ville à se relever et faire face aux grands défis qui se présenteront après cette première crise.

Il va falloir que de vrais leaders et gestionnaires se lèvent et prennent le taureau par les cornes… Je suis profondément inquiet.

Jean Blanchette

Trois-Rivières