Une tribune locale pour parler d’international

OPINIONS / L’auteur, Daniel Landry, est vice-président du Comité de solidarité Trois-Rivières. Il s’exprime ici au nom des membres du conseil d’administration de l’organisme.

Le Comité de solidarité Trois-Rivières (CS3R) est implanté en Mauricie depuis près d’un demi-siècle (1973). Tout au long de ces décennies, il s’est efforcé de sensibiliser la population de la région à des enjeux planétaires cruciaux, de la dictature de Pinochet aux crises politiques en Haïti, en passant par l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1990 et la crise climatique actuelle. Par l’entremise de lettres ouvertes fréquentes, de la chronique «Le monde vu d’ici» publiée le samedi à chaque deux semaines, ou simplement par la couverture des activités menées par le CS3R, Le Nouvelliste contribue à informer la population sur l’actualité internationale et ses impacts sur le quotidien des gens de la région.

Parmi les missions du CS3R, il y à celle qui consiste en l’éducation de la population aux enjeux qui dépassent sa région et son pays tout en ayant des impacts au niveau local. Or, cette mission ne peut s’actualiser qu’avec le concours de partenaires essentiels comme Le Nouvelliste. Par son existence même, notre journal régional permet d’incarner le lien entre le local et l’international. Il permet de donner un sens véritable à l’expression «coopération internationale». Sans lui, le CS3R continuerait de vivre, bien sûr... Mais il serait de plus en plus complexe pour notre organisme d’exercer une présence active dans le paysage médiatique et d’assumer ses responsabilités en matière d’éducation aux enjeux internationaux.

Nous saluons la contribution du Nouvelliste et de ses artisans, qui depuis de nombreuses années, ont toujours accueilli positivement nos propositions de textes et de collaborations en vue d’offrir une information internationale de qualité aux gens de la région.

La crise actuelle chez Groupe Capitales Médias fait réaliser bien sûr à quel point les médias traditionnels sont en difficulté. Mais surtout, elle fait réaliser le caractère essentiel d’acteurs médiatiques régionaux pour assurer une vie démocratique riche et diversifiée, et ce, à l’échelle locale et régionale.