Une présence policière accrue pourrait suffire

À la suite du rassemblement des contribuables Trifluviens qui sont venus émettre leurs opinions et recommandations à la diminution de la limite de vitesse de 50 km/h à 40 km/h, le 20 novembre au conseil municipal de Trois-Rivières, j’ai dit au micro que j’étais farouchement contre l’abaissement de la limite de vitesse de 50 km/h à 40 km sur l’ensemble des rues du territoire de la ville de Trois-Rivières.

J’ai aussi recommandé une présence policière accrue sur tout le territoire afin d’avoir à l’œil les usagers du réseau routier trifluvien qui ne respectent pas la limite de 50 km/h et qui brûlent les feux rouges.

Enfin, j’ai suggéré d’installer des radars photos fixes ou mobiles à quelques endroits sur le territoire de la ville.

On pourrait aussi en installer aux intersections avec feux de circulation par exemple, à l’intersection des rues Bellefeuille et Bonaventure pour avoir à l’œil les automobilistes fautifs et les autres usagers du réseau routier. En même temps, on pourrait sévir contre ceux qui ne respectent pas le feu de circulation à cette intersection et aussi les véhicules routiers qui ne respectent pas les signaux lumineux du passage à niveau de la rue Bonaventure lorsqu’ils sont en fonction et que les barrières de ce passage à niveau sont baissées. Plusieurs automobilistes fautifs contournent les barrières pour passer avant le passage d’un train qui est à proximité de ce passage à niveau.

D’autres radars photo fixes pourraient être installés, par exemple à l’intersection avec feu de circulation des boulevards Hamelin et des Forges et sur le boulevard des Récollets. En terminant, ma proposition serait pas mal moins dispendieuse aux contribuables trifluviens que de changer tous les panneaux de 50 km/h à 40 km/h sur l’ensemble du territoire.

Après tout, en démocratie, c’est nous les contribuables qui devons décider si l’on veut avoir un tel projet d’abaisser les limites de vitesse à 40 km/h ou non, et le conseil municipal agit en fonction de ce que veulent les citoyens. Je crois que le conseil municipal doit demander la permission aux contribuables avant d’aller de l’avant avec un tel projet.

C’est tout et ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre ça.

Sylvain Lacroix

Trois-Rivières