Une pierre deux coups?

Mercredi dernier avait lieu à Bécancour une séance d’information concernant le projet d’usine d’urée et de méthanol dans le parc industriel. Une des matières premières nécessaires à la fabrication de l’urée est l’ammoniac.

 Or, à courte distance du lieu du projet se trouve un lieu d’enfouissement abandonné de matières résiduelles dangereuses génératrices d’ammoniac. Ce lieu nécessite des travaux majeurs de réhabilitation qui, comme c’est trop souvent le cas, seront aux frais des contribuables. Déjà plusieurs me voient venir. La question se pose: a-t-on évalué la possibilité d’utiliser le lieu abandonné comme une source proximale de production d’ammoniac? Si cette éventualité devenait possible, alors deux causes pourraient être bien servies.

Dans un autre ordre d’idée, il est important de réaliser qu’une source d’engrais qui devrait être en priorité valorisée est celle économisée en évitant les pertes par ruissellement vers les cours d’eau dû à des pratiques agricoles inadéquates.

Guy Fortin

Bécancour