Une mesure discriminatoire

Lettre à Maxime Lamarche, directeur général de Baseball Québec.

Je suis une maman de deux jeunes joueurs de baseball passionnés par ce sport. Nous habitons la municipalité de Saint-Maurice. Depuis 2016, je me déplace avec mes petits sportifs plusieurs fois par semaine pendant la saison de baseball (et même avant) vers Trois-Rivières, où mes enfants jouent dans une équipe de l’ABMC.

J’ai appris dans Le Nouvelliste du 6 février l’intention qu’a Trois-Rivières de facturer des frais supplémentaires pour les enfants dont les parents habitent à l’extérieur de la ville. Si je me fie à ce que j’ai lu, les frais d’inscription pour les joueurs de niveau Rallye-Cap quadrupleraient presque. Mes garçons étant de niveau Moustique, si la même augmentation devait s’appliquer, on approcherait les 800 $ par tête.

Que mes enfants pratiquent un sport qu’ils aiment et dans lequel ils se sentent valorisés a toujours été une priorité pour moi. Je suis de tous les matchs et de toutes les pratiques. Je crois aux valeurs véhiculées par Baseball Québec et je les promeus à chacune de mes présences dans les estrades. Mes enfants apprennent beaucoup plus qu’à lancer et à frapper des balles quand ils jouent et ils se sont fait des amis qu’ils continuent de côtoyer hors saison malgré leur éloignement. Ils trépignent de septembre à mars dans l’attente d’enfiler leur gant et d’aller claquer des circuits.

Vous m’avez appris aujourd’hui, par l’entrevue que vous avez accordée au journal local, que l’été prochain je ne pourrai pas inscrire mes enfants à l’ABMC. Je n’ai pas les moyens de payer 1600 $ et parce que je ne suis pas riche, parce que j’ai choisi de ne pas vivre en ville, mes enfants se verront privés de pratiquer leur sport préféré. Je n’imagine pas la déception qui sera la leur quand je leur annoncerai cette nouvelle.

Je viens d’aller compléter leur inscription. Le montant n’ayant pas encore été augmenté, je me suis empressée de payer. À ce moment-ci, mes enfants peuvent toujours espérer jouer au baseball en 2019.

Je suis heureuse de voir que vous vous indignez de cette mesure. Je vous remercie de la dénoncer et je vous offre mes services si vous avez besoin de soutien. Je n’ai aucun poids politique, aucune influence qui pourraient donner un appui dans cette cause. Je n’ai que le souhait de garder ce sport accessible à tous, un sens de la justice qui proteste contre le fait de pénaliser des enfants pour les choix ou le revenu de leurs parents ainsi qu’une volonté de dénoncer une augmentation abusive et déraisonnable. Si je peux me montrer d’une utilité quelconque dans ce combat contre des fonctionnaires, soyez assuré que je serai à vos côtés.

Karine St-Arnaud

Saint-Maurice