Mariannick Mercure

Une main tendue au conseil municipal

L’auteure, Mariannick Mercure, est conseillère municipale du district des Forges à Trois-Rivières.

J’ai été surprise de la chronique «Prétexte aux hostilités: le Colisée», de Jean-Marc Beaudoin dans l’édition de samedi matin du Nouvelliste

Son point de vue extérieur lui laisse croire qu’un groupe en opposition au maire Lévesque s’est formé et attend la première occasion pour le confronter. Mais un point de vue de l’intérieur de l’hôtel de ville permet une lecture plus nuancée. 

Avant la journée d’accueil des élus de jeudi dernier, je n’avais jamais rencontré les autres conseillers, mais j’ai rapidement réalisé que nous avions tous la volonté de travailler en équipe. 

Comme aucune rencontre formelle entre nous n’était prévue à l’horaire, nous en sommes venus à un consensus afin de nous retrouver vendredi midi pour discuter de nos intérêts et aptitudes à siéger sur les différents comités. Tous les conseillers s’y sont présentés et le document collaboratif qui en est ressorti a été remis au cabinet du maire. Cet exercice serait une première en seize ans selon certains anciens. 

Pour la nouvelle conseillère que je suis, ce genre de réunions collaboratives me semble fondamental au bon fonctionnement démocratique de notre ville et de très bon augure. 

Après tout, c’est bel et bien nous, membres du conseil municipal, qui devrons ultimement nous prononcer sur la composition de ces comités en adoptant, ou non, des résolutions, comme le prévoit la Loi sur les cités et villes (article 70).

Aujourd’hui, c’est donc avec la main tendue à tous les élus, incluant le maire Yves Lévesque, que je désire m’exprimer sur l’enjeu du colisée. 

Plusieurs médias m’ont sollicitée au cours des jours qui ont suivi mon élection pour réaliser des entrevues à ce sujet. Je n’ai pas été à l’aise de le faire avant même d’avoir pu m’asseoir avec les autres élus afin d’en discuter et de poser des questions aux différentes personnes qui travaillent sur le dossier. 

Mon idée est loin d’être faite sur le sujet et les seules informations auxquelles j’ai eu accès jusqu’à maintenant sont celles provenant des médias. 

J’ai donc hâte de m’asseoir avec tout le conseil pour que chacun puisse s’exprimer, présenter ses arguments et obtenir les informations pertinentes à une prise de décision éclairée. 

Mon but est d’abord et avant tout de travailler en collaboration avec mes collègues, et ce, pour le bénéfice de nos concitoyens, qui nous ont entre autres élus sur ce principe important.