Une laïcité voulue, souhaitable et salvatrice pour tous

OPINIONS / En réaction à la lettre de François Champoux intitulée «Une laïcité imposée et souffrante!», publiée le 27 août dernier.

Monsieur Champoux, vous ne pouvez pas juger d’un livre alors que vous n’avez lu que le début...

Madame Nadia El-Mabrouk peut mesurer les dangers des religions. Des mises en garde et sa position pour la laïcité ne peuvent que nous éclairer. C’est une femme qui prend des risques pour nous renseigner et il nous faut l’en remercier.

Vous semblez ne pas comprendre la laïcité qui devrait être un socle de la démocratie afin que nous soyons tous égaux. Vivre et être gouvernés selon les mêmes lois, et ce, sans distinction de race ni de religion. La démocratie vient des Grecs. Les laïcs pouvaient décider du sort de la nation et ce n’étaient plus les religions qui faisaient les lois. Galilée a été condamné par l’Église catholique parce qu’il apportait des vérités scientifiques qui contredisaient la Bible. Pour certains, ce livre saint, qui n’est pas scientifique, ne peut pas être remis en question.

Vous avez les mêmes positions que Justin Trudeau: «Tout le monde, il est beau. Tout le monde, il est fin». Cela engendre le chaos et le pays devient ingouvernable. Je suis pour le respect des religions, mais elles ne doivent pas imposer leurs dogmes à tout l’ensemble de la société. Les religions doivent rester dans le domaine du privé et du personnel et ne doivent pas chercher à endoctriner autrui. Historiquement, tous les groupes deviennent politiques, tôt ou tard, et cela mène à une dictature. La science nous fait évoluer et sauve l’Humanité. C’est elle qui nous a sortis de l’âge des ténèbres. La science peut être démontrée et contestée par des preuves constatées physiquement et, ainsi, elle peut évoluer. Sans elle, nous serions encore à l’âge de pierre.

La loi 21 est reconnue comme un bienfait et non une nuisance. Les gens auront le droit, contrairement à ce que vous énoncez, de porter des signes ostentatoires dans la rue. Elle ne s’adresse qu’aux personnes en autorité, entre autres aux enseignantes et enseignants qui ne doivent pas intervenir sur la liberté de conscience des enfants. Pour l’instant, cette loi a été reconnue valide par la Cour. Il est bien malheureux qu’il y ait des groupuscules religieux qui demandent son abolition sous prétexte d’une intolérance pour le vivre-ensemble et ces groupes ne veulent céder en rien, si cette loi n’est pas conforme à leurs principes.

La science peut être contestée ouvertement avec preuves à l’appui et elle est acceptée par tous jusqu’à preuve du contraire, mais il est impossible d’échanger lorsqu’il s’agit de religions, car elles ne veulent aucune remise en question et sont inflexibles et déterminées à endoctriner l’Humanité entière.

Gilles Vallée
Trois-Rivières