Une industrie qui a à cœur de nourrir le Québec et le monde

OPINIONS / En cette période où la solidarité est cruciale, l’industrie alimentaire québécoise continue de travailler chaque minute de chaque journée pour produire des aliments sains sur lesquels nous pouvons compter.

L’auteure, Sylvie Cloutier, est présidente-directrice générale du Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ).

Quotidiennement, nous parlons de deux maillons très importants de la chaîne alimentaire, l’agriculture et le commerce de détail. Entre ces deux maillons, il y a l’industrie de la transformation alimentaire. Au Québec, elle regroupe plus de 1600 entreprises qui fabriquent des aliments et des boissons. Ce sont plus de 70 000 travailleurs spécialisés qui contribuent à produire l’équivalent de 24 millions de repas consommés chaque jour. Jour après jour. Le secteur approvisionne quotidiennement les épiceries de milliers de denrées alimentaires incluant les produits laitiers, la boulangerie, les viandes et la volaille, les boissons, les produits de la mer et tout ce qui se trouve sur les tablettes des épiceries.

La planification de l’approvisionnement en nourriture et le maintien de l’intégrité de la chaîne de valeur sont des services essentiels à la population et les entreprises alimentaires du Québec s’inscrivent dans une dynamique de prévention et d’organisation structurée de ravitaillement.

Nous vivons une période de bouleversements inattendus et les questions sont nombreuses sur ce que nous réservent les prochaines semaines, les prochains mois. Les gouvernements du Canada et du Québec ont apporté plusieurs mesures pour atténuer les impacts humains et financiers de cette pandémie. Parmi celles-ci, la reconnaissance de l’industrie alimentaire comme service essentiel pour maintenir l’accessibilité aux citoyens de denrées alimentaires.

La priorité absolue de l’industrie alimentaire est d’assurer l’approvisionnement des épiceries et divers marchés de distribution, pour nous permettre de nous alimenter adéquatement. C’est particulièrement crucial en ce moment. Tous les efforts pour y arriver sont déployés, de la terre à la table, avec les mêmes normes et exigences très strictes en matière de salubrité des aliments, de gestion des risques et de contrôle de la qualité et de contrôle des maladies.

Nos entreprises alimentaires du Québec veulent assurer à leurs travailleurs un environnement de travail sécuritaire et des conditions rassurantes pour la conciliation travail-famille. Ces travailleurs sont le pilier de la chaîne de production de nos aliments. Ils doivent en assurer l’intégrité afin de réduire au maximum les perturbations et assurer un ravitaillement stable d’aliments aux Québécoises et Québécois. C’est pourquoi des mesures de soutien additionnelles sont mises en place pour garantir la sécurité et la santé des travailleurs du secteur alimentaire. Nous suivons l’état de santé physique et mental de nos employés et nous nous assurons que des équipes de travail demeurent en retrait, des équipes qui pourraient ainsi relayer les personnes touchées en cas d’éclosion.

C’est le moment d’acheter des produits fabriqués ici, au Québec. Non seulement l’économie sera stimulée et les emplois préservés, mais la chaîne d’approvisionnement locale garantit une salubrité alimentaire qui met sur notre table des produits frais, de qualité et nutritifs. Lisons les étiquettes. Assurons-nous d’acheter des produits locaux.

L’industrie de la transformation alimentaire québécoise subit aussi les contrecoups de cette pandémie. Comme chaque citoyenne et citoyen, nous demeurons solidaires et engagés pour que nous sortions de cette épreuve plus forts que jamais.