Une femme, tout simplement

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Dimanche, 18 heures. Sur toutes les chaînes de télévision, nous venons d’apprendre le décès de Madame Aline Chrétien, épouse de Jean Chrétien depuis plus de soixante ans. Un roc de Gibraltar selon son célèbre époux.

Me vient en pensée ce jour, où, il y a quelques années, je la rencontre vraiment très près de moi pour l’accompagner à un concert jusqu’à son siège. Quelques mètres en fait. La veille, pour des circonstances incontrôlables, la personne qui devait être disponible pour veiller à son bien-être dans cet endroit où le concert sera diffusé, était dans l’impossibilité de se présenter. In extremis, on fait appel à moi.

Avec plaisir, mais cependant avec appréhension, je me présente au jour et à l’heure prescrits pour accompagner cette femme, que je connais, bien sûr par l’entremise des médias, de l’actualité et de ses présences soutenues auprès de son mari, le premier ministre du Canada, mais que je n’ai jamais eu le bonheur de rencontrer personnellement.

Or, arrive ce moment où on nous présente, l’une à l’autre, tout simplement, sans artifice et sans retenue. Je vois devant moi, une femme, tout simplement une femme, jolie, gentille et à l’écoute. Elle me demande si tout comme elle, la musique revêt un élément important dans ma vie, ce à quoi je réponds par l’affirmative. Elle me demande ensuite si je travaille et dans quel secteur d’activité, si ce travail me comble, si j’ai des enfants, etc. Je n’ai malheureusement pas d’enfant. Elle en est désolée. Nous circulons entre les nombreux invités, un verre à la main, un vin pour moi, une eau pétillante pour elle. Elle est souriante, attentive aux regards et aux questions des nombreux invités qui s’agglutinent auprès d’elle.

Bref, ma tension diminue car je sais qu’elle est avant tout une femme, tout comme moi mais avec un rôle important, celui d’accompagner son politicien de mari. Elle le fait avec grâce, mais surtout avec amour. C’est son pilier, sa force tranquille mais avant tout, la meilleure conseillère qu’il ne puisse espérer.

À mi-parcours, elle me demande si elle peut retoucher son maquillage sur ses lèvres, elle qui a toute la beauté naturelle qu’une femme peut espérer, sans aucun artifice. Elle est tout simplement belle.

Et, là, je vois la femme, tout simplement une femme avec une autre femme.

Que Dieu vous garde auprès de Lui, chère madame Chrétien. Je conserverai de vous le souvenir d’une soirée brève, mais ô combien agréable par la grâce de votre simplicité, de votre bienveillance et de votre sourire.

Céline Tessier
Trois-Rivières