Jean-François Lisée, Manon Massé, François Legault et Philippe Couillard ont croisé le fer jeudi soir lors du débat des chefs.

Une campagne électorale bizarre

Nous avons l’impression de subir cette campagne électorale qui dure depuis au moins un an. Oui, un an car les médias et les partis politiques débattent de tout et de rien en utilisant abondamment le terme «enjeu». Jour après jour, le festival de promesses progresse et beaucoup d’électeurs ne savent plus lequel des partis a fait telle ou telle autre promesse.

C’est presque devenu un genre de cirque; Québec solidaire vient en tête avec la version 2.0 de «pelleteux de nuages»: ce parti politique semble vivre sur une autre planète en prétendant que seuls les entreprises et les riches accepteront d’être surtaxés pour donner aux plus pauvres! Quant au Parti Québécois il se contente de faire du surplace et y va avec des promesses simplistes; que penser de cette idée de demander au vérificateur général de gérer l’immigration? Pour ce qui est des lunchs gratuits aux élèves du primaire, cette formule n’a pas eu beaucoup de succès dans le passé car l’application de celle-ci demande une structure complexe dans les établissements scolaires.

Et que dire du Parti libéral de M. Couillard? Ce dernier dirige un parti hanté par les doutes; nous savons déjà que des anciens membres de ce très riche parti sont sous la loupe de l’UPAC. M. Couillard a lui-même commis une bourde majeure en tassant cavalièrement M. Ouimet, un fidèle soldat ayant donné 24 ans de sa vie pour sa circonscription de Marquette. Qui plus est, M. Ouimet avait été élu sans interruption et était renommé pour son dévouement à l’endroit de ses concitoyens, toute cette «bullshit» pour présenter un ex-hockeyeur à sa place! En plus M. Couillard a perdu un nombre impressionnant de ministres et députés qu’il a du mal à remplacer. Son équipe est comme celle du Canadien de Montréal, c’est-à-dire en reconstruction.

Finalement, il nous reste la CAQ de François Legault. Il faut reconnaître que ce dernier possède des talents de rassembleur; il a réussi a recruter d’excellents candidats et dans tout ce fourre-tout politique, c’est la meilleure équipe en lice. Naturellement, M. Legault ne possède pas le charisme de MM. Couillard ou Lisée mais il n’en demeure pas moins que la formation politique de la CAQ est la plus rassurante pour l’électeur intéressé.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il nous faudra des gens forts et dédiés pour affronter tout ce qui surviendra dans les prochaines années: il faudra réparer la réforme «show de boucane» du ministre de la Santé; les nombreux problèmes comme l’attente au urgences, l’accès aux soins et prises de rendez-vous pour voir un médecin et attentes interminables pour l’obtention de soins urgents doivent être solutionnés.

Que dire de ce qui se passe en Éducation? Rien n’a été amélioré pour contrer le dramatique décrochage scolaire chez les garçons; il faut absolument que parents et enseignants travaillent ensembles afin de changer la mentalité des enfants-rois; si vous cherchez une explication concernant la pénurie de main d’œuvre, une bonne partie de la réponse provient du milieu éducatif (parents, enseignants, élève) qui ne conscientise pas assez les jeunes de l’importance de devoir gagner sa vie un jour tout en payant un prix pour y arriver.

L’immigration dans sa gestion actuelle ne réglera pas très efficacement le manque de main d’œuvre; le malaise est devenu profond et il est urgent de préparer une relève prête physiquement et mentalement à s’impliquer dans la communauté économique. Notre relève doit apprendre à surmonter les obstacles et faire face à l’adversité, tout en évitant de se fier uniquement sur le gouvernement et ses mesures sociales.

Espérons un réveil des intervenants concernés!

Alain Tourigny

Victoriaville