Une balise aurait pu aider

OPINIONS / Le pire ennemi de la diligence et la vigilance: la routine ou, écrit autrement, l’habitude de faire ce qu’il faut. L’angoisse que vivent présentement les proches de Stéphane Roy nous rappelle que lorsque nous partons «jouer dehors», nous laissons derrière nous des êtres chers qui sont confiants dans notre capacité de faire face aux imprévus et surtout d’avoir prévu une solution d’urgence dans les cas graves.

Tristement, depuis mercredi dernier, le terme qui revient invariablement de la part des équipes de recherche: «Aucune trace des disparus». L’hélicoptère était-il muni d’une radiobalise de repérage d’urgence? En état de marche? À la limite, une balise satellite personnelle (PLB) de type SPOT ou Garmin coûtant moins de 200 $ plus l’abonnement annuel aurait pu, lorsque configuré à cet effet, fournir le trajet suivi et orienter les recherches à l’endroit précis où pourraient se trouver les personnes chères. Encombrement: moins de 200 grammes incluant les piles.

Louis Rivard

Trois-Rivières