Le 28 mai prochain, la sentence sera connue, et ce, 27 mois après les événements. Nous pourrons enfin tourner la page sur cette saga!

Une arnaque qui laisse des traces

Certains diront, c’est pas encore fini votre histoire... Eh non! Maintenant, je veux que vous sachiez deux choses. On n’a pas choisi cette situation et que personne n’est à l’abri de ce genre d’histoire...

Notre mère était la plus jeune des 70 victimes connues de ce réseau. Depuis le tout début, le seul but visé par nos interventions publiques était la sensibilisation. On a beau penser que ça n’arrive qu’aux autres, mais ces fraudeurs sont structurés et arrivent habilement à manipuler les sentiments des gens.

Ce jour-là, ils se sont attaqués à ce qu’on a de plus précieux dans la vie, la famille! Et que serions-nous prêts à faire pour notre famille? Ces deux jeunes hommes qui ont décidé de plaider coupables sont aussi bien placés pour comprendre à quel point c’est important la famille. Car dans cette épreuve toute récente, ils étaient aussi entourés de leurs proches. Pas évident de croiser ces gens dans les corridors du palais de justice, de tomber face à face au restaurant sur l’heure du midi... Ce n’est pas plus drôle pour les deux mères des accusés de vivre cette situation. Elles ne l’ont pas choisi elles non plus!

Bien que je souhaite depuis le début qu’ils se retrouvent derrière les barreaux pour les crimes commis envers ces personnes âgées, je crois en la réhabilitation. Pas sûr finalement que ce soit une bonne chose pour ces jeunes de 20 ans de les envoyer côtoyer des criminels de carrière... Mais bon, c’est maintenant au juge de trancher, et Dieu sait à quel point on a hâte que ça finisse!

Comme je l’ai dit au juge, j’espère qu’ils se replaceront et qu’ils penseront aussi à leurs mères et leurs grand-mères...

Pour nous, au risque de me répéter, le seul pansement aux blessures monétaires et physiques de Simone, est que nous aurons contribué au démantèlement de ce réseau. À la suite de notre intervention, la justice s’occupera des deux têtes dirigeantes (dont l’un a écopé six ans de prison, et l’autre dont le procès débutera sous peu), et de huit collecteurs qui se rendaient chez les victimes.

Le 28 mai prochain, la sentence sera connue, et ce, 27 mois après les événements. Nous pourrons enfin tourner la page sur cette saga!

Karl Grondin

Bécancour