Améliorer la sécurité des cyclistes et des piétons, ce n’est pas faire la guerre à l’auto. C’est faire de la place à tous.
Améliorer la sécurité des cyclistes et des piétons, ce n’est pas faire la guerre à l’auto. C’est faire de la place à tous.

Un virage apprécié

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Depuis trois ans, Trois-Rivières a pris un virage qui m’interpelle: mesures environnementales, amélioration du transport en commun, participation citoyenne. 

Comme utilisateur du réseau cyclable de la Ville, je sens qu’on s’adresse enfin à moi comme citoyen. Selon certains, les cyclistes utilitaires ne sont qu’une infime minorité et il ne vaut pas la peine d’investir dans un réseau cyclable efficace et sécuritaire. Pourtant, nous payons les mêmes taxes et avons autant le droit d’avoir accès à des infrastructures de transport quand on conduit sa voiture que son vélo. Ce secteur a été largement sous-financé pendant des années et beaucoup de retard a été pris.

Le vélo utilitaire est un moyen de transport légitime et quand je circule sur les routes, je ne prends la place de personne: je la partage avec vous. Améliorer la sécurité des cyclistes et des piétons ce n’est pas faire la guerre à l’auto, c’est faire de la place à tous. Le partage de la route, ce n’est pas de la théorie, c’est une réalité bien simple fondée sur le respect. Et je sais que nous sommes de plus en plus nombreux. Depuis les dernières années, plus de collègues viennent travailler à l’hôpital à vélo. Les supports, qui ont été doublés, sont souvent pleins. Plus il y aura d’infrastructures de qualité et une offre de transport diversifiée, plus les gens les utiliseront en complémentarité avec la voiture.

Au-delà du débat dépassé sur Vision zéro, ce qui compte, c’est que Trois-Rivières ait choisi d’aller vers des mesures favorisant le transport durable comme l’ont fait tant de villes au Québec et dans le monde. C’est simple, c’est l’avenir. Le changement fait peur à bien des gens, mais il ne doit pas freiner l’innovation. Une ville, c’est un équilibre budgétaire certainement, mais c’est aussi et surtout un cadre de vie stimulant, des services de qualité à proximité, une gestion responsable et innovante. J’encourage nos élus à expliquer leurs décisions en toute transparence et à poursuivre les changements amorcés. Nous sommes nombreux à être satisfaits de cette nouvelle Trois-Rivières.

Charles Amyot-Richard
Trois-Rivières