LA PRESSE

Un vendredi fou… de rien

OPINIONS / Les auteurs, Sébastien Bois et Virginie Rainville, représentent respectivement le Service d’aide au consommateur de la Mauricie et le Centre d’intervention budgétaire et sociale de la Mauricie (CIBES).

Le 29 novembre prochain, c’est le Vendredi fou au Québec. Pour le Centre d’intervention budgétaire et sociale (CIBES) de la Mauricie et le Service d’aide au consommateur - région 04, c’est l’occasion de souligner la Journée sans achat, célébrée chaque année à travers le monde. Nous convions donc la population à acheter RIEN, beaucoup et compulsivement RIEN.

La surconsommation est l’une des sources du surendettement des individus et des familles au Québec. Faut-il rappeler que l’endettement des ménages ne cesse d’augmenter? «Il est passé de 105 % des revenus disponibles en 2000 à environ 155 % en 2010 et à près de 175 % aujourd’hui» (Journal de Québec, 2017). Selon la Banque du Canada, près de 100 000 ménages québécois sont actuellement très à risque de se tourner vers la faillite en raison de leur taux d’endettement élevé. Dans ces conditions, acheter RIEN, c’est possible et souvent souhaitable!

Le CIBES et le SAC invitent la population à se questionner sur le fétichisme de l’objet. Notre civilisation a glissé du «je pense donc je suis» à «je dépense donc je suis». Notre cerveau préhistorique continue de rechercher l’accumulation de biens dans un instinct de survie inadapté, n’ayant rien à voir avec la notion de besoin. Nous sommes dans le désir et les émotions au détriment de la raison et de l’écologie.

La surconsommation et le surendettement, socles de nos sociétés productivistes, créent de sérieux problèmes pour notre espèce. La sacro-sainte «croissance illimitée» est une dystopie mortifère d’économistes déconnectés qui s’actualise présentement au détriment même de notre survie. Rappelons-nous les paroles de Ban Ki Moon, ancien secrétaire général de l’ONU voulant que «l’humanité continue de consommer bien plus de ressources naturelles que la planète ne peut en fournir durablement. De nombreux écosystèmes approchent dangereusement du point de non-retour. Il est temps pour nous de changer».

Au lieu de parler de produit intérieur brut, soit la production de valeur des entreprises d’un pays, ne devrions-nous pas adopter l’approche d’un «bonheur intérieur brut»?

Cet indicateur contesterait notre manière de définir la richesse d’un pays au-delà de la monnaie. En 1968, alors qu’il était candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle américaine, Robert Kennedy avait terminé une allocution en disant: «En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue.»

Achetez RIEN maintenant et payez RIEN plus tard! Vous sentez un besoin, ou plutôt un désir, de surconsommer? De combler la solitude? D’exprimer votre identité? Dites à vos amis que vous avez acheté RIEN car RIEN, c’est parfois beaucoup! Pour la journée du Vendredi fou, le CIBES et le SAC vous proposent d’investir gratuitement pour vous, vos proches et dans l’humanité. En achetant RIEN, vous possédez, spéculez, exploitez, occupez, détruisez, dominez, colonisez, contrôlez et massacrez RIEN. Cette offre alléchante est d’une durée illimitée. Dépêchez-vous!