Un terrible geste de sabotage

Le lock-out à l’UQTR dépasse tout simplement l’entendement. D’abord, sur le plan moral, comment cette université peut-elle encore promouvoir l’importance des études supérieures quand elle en refuse l’accès à ses propres étudiants? Si les études supérieures sont importantes, elles devraient l’être en tout temps et ne devraient jamais faire l’objet d’un marchandage éhonté.

Il est impensable que le recteur de l’UQTR n’ait pas mesuré le gâchis de sa décision auprès des étudiants qui fréquentent son université. Et malgré le tort qu’il savait leur faire, il a tout de même décrété outrageusement un lock-out. M. McMahon, quelle personne êtes-vous pour faire autant de mal à ceux dont l’éducation devrait être la priorité?

Au-delà des torts causés à ses étudiants, victimes collatérales d’une décision aussi indécente qu’immorale, le comportement du recteur affectera grandement l’institution elle-même. Quel étudiant dans le futur voudra faire confiance à l’UQTR pour sa formation? Plusieurs regrettent amèrement d’avoir fait ce choix devant les terribles conséquences qu’ils doivent vivre aujourd’hui.

L’an dernier, j’ai assisté à la collation des grades de mon fils qui y recevait son baccalauréat en Sciences comptables. Alors qu’il en était à sa quatrième cérémonie en deux jours, M. McMahon procédait chaleureusement à la remise des diplômes de chaque étudiant. La poignée de mains était franche et le sourire sincère. J’ai constaté à ce moment que mon fils avait la chance d’avoir un recteur qui aimait autant ses étudiants. Que reste-t-il de cette humanité aujourd’hui? Rien que du désespoir pour les étudiants qui sont durement touchés par ce lock-out injustifié.

M. McMahon, ce n’est pas un geste de courage que vous avez posé, mais bien un geste de sabotage. Vous sabotez la crédibilité de votre propre institution et attaquez de front les étudiants qui ont eu le grand malheur de la choisir comme lieu d’études.

Danièle Caron

Parent d’un étudiant en Sciences comptables ayant payé des frais de scolarité pour se préparer à l’examen de l’Ordre de septembre prochain