Des représentants de l’entreprise Gestion 3LB, une filiale d’Enfoui-bec, ont récemment présenté leur projet d’implantation d’une usine de traitement des terres contaminées dans le parc industriel et portuaire de Bécancour.

Un projet d’implantation aux impacts environnementaux pas comme les autres!

Gestion 3LB, une filiale de la compagnie bécancouroise Enfoui-bec, souhaite établir dans le parc industriel une usine de traitement des terres contaminées présentes un peu partout sur le territoire peuplé du Québec.

Dans son pertinent article du 2 février dernier, Mme Brigitte Trahan mettait l’accent principalement sur le fait que les citoyens exigeraient des réponses à plusieurs questions, ce qui est tout à fait légitime face à tout projet qui a ou pourrait avoir un impact sur le milieu de vie des citoyens.

À mon point de vue, le fait d’exiger des réponses claires et même d’exiger un BAPE pour un tel projet ne signifie pas que les citoyens s’y opposent. Nous faisons face ici à une entreprise qui a pour mission de dépolluer, et ce, avec des procédés scientifiquement prouvés.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que dans le passé, pour diverses raisons, des terrains et des terres ont été contaminés par toutes sortes de produits toxiques, chimiques dont beaucoup de ces produits proviennent des hydrocarbures. Ces sols contaminés sont actuellement en pleine nature, sans gestion de la migration que pourraient avoir ces contaminants par ruissellement ou par pénétration dans la nappe phréatique.

Pour un environnement plus sain, il est impératif de réparer les erreurs du passé et de voir à ne plus les répéter. Donc, que doit-on faire avec ces sols contaminés qui gisent librement un peu partout dans la nature? Nous avons la responsabilité de nous en occuper, car ce sera un legs empoisonné que nous ferons à nos enfants.

La région a l’opportunité d’être à l’avant-garde en matière de gestion de ses terres contaminées, grâce à une entreprise de chez nous qui possède la technologie adéquate pour faire ce travail. Pour une fois qu’on nous propose des créations d’emploi locales sans hypothéquer l’environnement, je crois qu’il faut se réjouir!

Mais on ne donne pas le Bon Dieu sans confession, bien sûr! Posons les bonnes questions à Gestion 3LB. Informons-nous correctement des garanties attachées à ce projet, des responsabilités après fermeture du site, etc.

En toute franchise, je ne suis pas inquiet envers la compagnie comme tel. C’est envers le ministère de l’Environnement que sont mes craintes. Le passé nous prouve que le ministère est passablement négligent sur l’application des normes environnementales, normes qui souvent d’ailleurs ne sont pas assez sévères. On a qu’à penser à la norme environnementale concernant les émanations de méthane d’un puits de gaz naturel, y compris les puits de gaz de schiste, qui est de l’ordre de 300 mètres cubes/jour/puits. Il s’agit d’une norme économique de l’industrie car pour eux il n’est pas rentable de s’occuper de boucher une fuite de gaz en deçà de 300 m3/jour. Le ministère de l’Environnement tolère donc ces fuites alors que dans un contexte de réduction des gaz à effet de serre ce devrait être tolérance zéro.

En résumé, oui à cette entreprise, mais avec un encadrement adéquat de la part du ministère de l’Environnement et de la Ville de Bécancour. Il est préférable de confiner dans des cellules étanches les contaminants que de les avoir partout dans la nature comme actuellement. Il est préférable d’avoir des emplois chez nous avec une entreprise de chez nous que de voir une entreprise américaine le faire. C’est mon humble avis de citoyen impliqué en environnement!

Serge Fortier

Sainte-Marie de Blandford