Un peu de respect pour les anciens de la Belgo

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Depuis quelque temps, on entend beaucoup l’expression «mur de la honte» pour décrire le mur de l’ancienne usine Belgo qui longe la route 153.

Quand j’ai travaillé à cette usine en étant étudiant à la fin des années 80, je ne me sentais pas du tout «honteux» d’y travailler...

Je trouve que Monsieur le maire Angers y va un peu fort avec cette pensée. Des centaines de citoyens ont gagné honorablement leur vie dans cette usine. Mon arrière-grand-père et un de mes grands-oncles y ont travaillé toute leur vie...

Quand on entend l’expression «mur de la honte», c’est comme si on faisait allusion à l’idée d’un déshonneur lié à la bâtisse elle-même. Il n’en est rien, en fait.

C’est dommage de penser comme ça pour un politicien. Monsieur le maire, pensez-y avant de nommer «faussement» les différents héritages de Shawinigan.

Un peu de respect pour nos ancêtres, s’il vous plaît.

Michel Lavigne
Shawinigan