Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur Jean-François Roberge

Un manque flagrant de respect

OPINIONS / Lettre adressée au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge.

Je suis sans mot!

Il y a quelques jours, vous avez déposé un dernier amendement à votre projet de loi 40, qui, au lieu de mettre fin au mandat des commissaires le 29 février prochain, mettait à la porte les élus scolaires lors de la sanction de votre loi.

Non seulement vous jugiez inutile notre rôle d’élu, mais vous n’avez eu aucun scrupule à bafouer les sentiments de ces gens passionnés de l’éducation dont je fais partie. Voilà plus de vingt ans que je m’implique dans le domaine de l’éducation. Comme parent sur le conseil d’établissement mais surtout comme commissaire à la Commission scolaire de l’Énergie. J’ai choisi cette voie comme parent car je voulais apporter ma contribution pour améliorer le système. Cependant, je me suis rendu compte que cette fonction d’élu scolaire transcendait le milieu scolaire.

Une commission scolaire est un moteur économique important pour notre région. Sans la volonté du conseil des commissaires en 2009, il n’y aurait pas eu de premier forum sur l’entrepreneuriat. Les candidats à la mairie de l’époque n’auraient pas signé la première déclaration d’une communauté entrepreneuriale et placé la ville de Shawinigan sur les rails d’un renouveau économique.

Il n’y aurait pas de fibre optique en Mauricie si les commissions scolaires n’avaient pas été les maîtres d’œuvre de ce chantier. Encore aujourd’hui, nous sommes partenaires avec les distributeurs de services internet en partageant nos fibres.

Oui, nous avons été une force tranquille dans nos régions. Peut-être trop tranquille selon le gouvernement. La raison est que nous avons toujours recherché un consensus avec nos partenaires afin de vivre des situations gagnant-gagnant.

C’est aussi ce que nous avons véhiculé en représentant la commission scolaire dans différents conseils d’administration régionaux. Pour ma part, j’ai représenté la Commission scolaire au Collège Shawinigan ainsi qu’à l’Unité régionale du loisir et du sport (URLS) de la Mauricie durant de nombreuses années. Avec cette fin abrupte de mandat, ces conseils d’administration et plusieurs autres vont se retrouver avec des chaises vides, aucune transition pour eux.

Aujourd’hui, la population, entre autres les parents, a perdu l’écoute qu’avaient les élus scolaires face à leurs dossiers. En devenant un centre de service, c’est la bureaucratie mise en place par le ministre qui prévaudra.

Je souhaite la meilleure des chances à la direction générale ainsi qu’au personnel de la commission scolaire dans ce virage imposé par ce gouvernement caquiste.

Je garderai de bons souvenirs du travail effectué avec toute l’équipe de la Commission scolaire de l’Énergie et je souhaite que l’équité et le consensus dans la répartition des ressources continueront de vous animer pour le plus grand bénéfice de nos enfants.

Réal Julien

Commissaire à la Commission scolaire de l’Énergie

Secteur Grand-Mère

Shawinigan