Un manque flagrant

Le manque flagrant, lors de la constitution de la Commission Bouchard-Taylor, a été l’absence d’une femme ayant un mandat de commissaire. Avant la parité, je suis pour la compétence, mais dans un sujet qui touche de près l’avenir de la société québécoise et nos jeunes, une femme aurait dû prendre place dans ce comité. Si Denise Bombardier, ou Janette Bertrand, ou une autre femme avait été là, le contenu le plus important n’aurait pas été absent.

La femme, avant tout, veut l’intérêt de l’enfant et de l’adolescent, son instinct maternel fait que sa vision est complémentaire à celle plus stoïque de l’homme. Un autre manque impardonnable de Bouchard-Taylor, c’est d’avoir omis d’inscrire dans les autorités ayant un pouvoir coercitif et pouvant certes fortement influencer les jeunes, les enseignantes et les enseignants. Cela devait être une priorité.

Messieurs Bouchard et Taylor renient leur rapport, mais ces derniers n’ont pas le monopole de la vérité et de la connaissance. Ils devraient respecter que notre nouveau premier ministre, François Legault, ajoute l’interdiction des signes religieux chez les enseignants dans nos institutions scolaires. Le but de tout signe ostentatoire est d’envoyer un message et pourtant, le Québec, dans son cheminement, a fait le choix de cesser de soumettre les jeunes à tout «enseignement» religieux. Je ne peux qu’encourager François Legault à être cohérent avec ce choix d’une société laïque.

Ainsi pour que ces erreurs soient pardonnées, il faudra que la CAQ maintienne sa position d’inclure les enseignantes et les enseignants. Telle est la volonté de la majorité des Québécoises et des Québécois. Surtout, à l’exception des femmes voilées, c’est le vœu de la majorité des femmes. Surtout des mamans!

Andréa Richard

Trois-Rivières

Déjà du béton qui s’effrite!

Quatre ans après son inauguration, voilà que l’Amphithéâtre semble vieillir prématurément. Est-ce normal que du béton s’effrite et que des fissures apparaissent? Il y a des entrepreneurs qui n’ont pas bien fait leur travail ou qui se sont approvisionnés avec du béton cheap...

Diane Samson

Trois-Rivières