Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay
Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay

Un manque de respect de la part du maire Tremblay

OPINIONS / Lorsque le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a demandé au ministère de la Sécurité publique de fermer l’accès à son territoire par mesure de protection de la population, nous avons compris qu’il agissait en amont, en application des principes de proactivité et de prévention. Bref, nous étions d’accord sur l’initiative. Jusqu’à ce qu’il en remette en début de semaine, exigeant une ouverture plus graduelle selon ce «qu’il aurait aimé», en vue de l’ouverture du 11 mai prochain. Il a même comparé cette période de la saison à un «tailgate forestier».

Pour quiconque a déjà assisté ou participé à un tailgate, l’image est forte. On imagine les parties, l’ambiance festive où l’alcool coule à flot, les groupes s’entremêlant, les attroupements, bref, un gros rassemblement de bière, vin, barbecue, boucane, musique à tue-tête, tabac comique, etc.

Si c’est toute l’opinion qu’a le maire Tremblay de «ses» visiteurs – ceux-ci représentant 4200 propriétaires de chalets ou résidences secondaires – dont 85 % proviennent de l’extérieur de la région – génèrent plus de 1550 emplois direct ou indirects – dépensent en moyenne 123 $ par jour équivalant à plus de 77 millions $ annuellement, alors il manque d’imagination et peut-être même de respect quant à la comparaison qu’il fait de «ses» touristes.

En ce qui me concerne, c’est terminé les courses au Maxi, à la SAQ, Canadian Tire, l’essence, Gauvin, Marineau, pour ne citer que ceux-là. On va laisser retomber la poussière. Je suis un villégiateur depuis plus de 50 ans, pas un «tailgateux».

Louis Rivard

Membre de la ZEC Bessonne

Au nom du groupe