Un livre qui a l’effet d’une bombe

Dans un livre intitulé Les religions, c’est assez!, l’auteur Jean Casault, journaliste et chercheur québécois, lance une bombe atomique sur «le système religieux catholique, romain, universel (et québécois). Comme d’autres religions monothéistes, ce système s’est octroyé, au cours des siècles, une autorité extrême, considérablement supérieure à celle de toute autre forme de pouvoir, avec un succès qu’aucune autre entreprise humaine n’a connue et ce, depuis des milliers d’années et avec des effets extrêmement durables.

Il dénonce, entre autres choses, la Bible et ses écrits abominables et se demande pourquoi la Papauté ne l’a pas fait disparaître de son système religieux! Les premiers chrétiens d’origine juive ont jugé bon de rester fidèles à la loi mosaïque, d’où l’inclusion du dieu de la bible dans le christianisme. Mais ce dieu a été créé pour le peuple juif et ses péripéties guerrières après son retour d’exil de Babylone! Leur dieu, Yahwé, est un dieu vengeur, jaloux, rancunier, colérique, tueur, massacreur, misogyne, sanguinaire... qui les incitait à tuer alors qu’il leur avait commandé: «Tu ne tueras pas!» Allez comprendre!

Il y a un point plutôt incompréhensible dans la Bible: la question de la «mort» imposée aux humains par Dieu, du fait du péché originel: la mort n’est pas la catastrophe que l’on pense! En réalité, c’est une nécessité. Imaginez ce que serait la Terre si la mort n’existait pas. Imaginez!

Même si M. Casault rejette la religion, il ne rejette pas la spiritualité. La spiritualité n’est pas rattachée à la religion. On peut ressentir en soi une présence supérieure qui régit la nature, la vie, et pas besoin de bible d’épîtres, de dogmes, de sermons, de messes, de confessions, de jeûne pour ce faire!

Ce n’est pas sans raisons que la religion est appelée à disparaître de notre société, et ce, du fait de la perte de contrôle du clergé sur l’enseignement, résultat de la Révolution tranquille! Le clergé ne peut plus endoctriner les enfants dès la première année à l’école; des enfants de six ans, incapables d’objecter le moindrement à ce qu’on leur dit... et ça se continuait ainsi durant des années! Il n’y a plus aux offices religieux que les personnes qui ont subi ces enseignements de type «lavage de cerveau»; mais il est très difficile à cet âge de se défaire de ses croyances: Sigmund Freud compare ça au retrait d’un somnifère pris depuis des années: impossible alors de dormir. On peut aussi se demander ce que fait l’enseignement (détourné!) des religions dans les écoles publiques.

Maurice Milot

Trois-Rivières